Mon appartement à Tôkyô #2 Les frais, l'emménagement et les photos de l'appartement !!!


(Aparté : j'ai peut-être trouvé un baito lucratif, ce qui veut dire que je pourrais surement acheter un routeur d'ici quelques semaines !!!. J'en peux plus de pas avoir internet T_T . En ce moment j'économise pour acheter mon kimono pour le club de danse traditionnelle (*^*). Quant aux vlogs, euh en arrêt pour une durée indéterminée vu que je ne peux rien uploader sans un internet convenable).

Les frais d'emménagement

Quand je me suis retrouvée de nouveau devant C. san (mon agent immobilier de Waseda), cette dernière m'a annoncé de but en blanc que je n'allais pas aimer la facture d'emménagement. J'ai pris le devis que cette dernière me tendait fébrilement, et le montant final a effectivement été telle une grosse claque (@_@)

Je vais revenir en détails sur certains points.

  • 礼金 reikin : le "cadeau" au propriétaire. Un concept totalement aberrant où cela semble normal de donner un mois de loyer comme ça, cadeau! au  propriétaire. Ah bah c'est hyper lucratif d'être propriétaire au japon, MOI JE VOUS LE DIS.
  • 敷金 shikikin : la caution. Comme en France c'est généralement un mois de loyer. Dans mon cas j'ai dû payer deux mois à cause de ma chatte Lolita. Après tout, il faut bien 72 000 yen pour compenser les "dégâts" causés par un chat… #ironie
  • 家賃 yachin : le loyer. J'ai dû payer deux loyers d'avance, donc forcément ça pique !
  • 管理費 : kanrihi les frais d'entretien des locaux  (et fois deux pour chaque mois de loyer)
  • Ensuite il y a des frais par rapport aux assurances, que l'on paie une fois par an.
  • L'agence de garantie : l'entreprise qui se porte garante de votre personne, à payer aussi une fois par an
  • Et bien sur les frais d'agents, mais dans mon cas, j'ai eu une agente tellement adorable que c'était justifié ^^.

Comme vous pouvez le constater sur la facture, au total j'en ai eu pour 518 888 yen de frais d'emménagement à régler en une fois. Environ 4000 euros (le double de ce que j'avais envisagé avant d'arriver au Japon...)

Je suis ruinée T_T

En comparant avec d'autres locataires vivant à Tôkyô, je peux affirmer que c'est une moyenne ordinaire (sauf que moi j'ai un chat donc c'est un peu plus cher). Si vous envisagez d'emménager au Japon, prévoyez donc un budget confortable d'arrivée.

Une fois l'aspect financier réglé  (RIP économies) C. san m'a convoqué pour m'expliquer le contrat. C'est rigolo car il y 'en a un "simplifié" et un en mode 100% kanji oubliés par la majorité des japonais. C. san m'a en effet précisé que même pour les natifs, c'est la grosse galère pour tout comprendre.

Après avoir parcouru tous les points un par un, elle m'a signalée que je devais appeler trois compagnies différentes pour l'eau, l'électricité et le gaz. J'ai eu une petite pensée à EDF sur le coup. Pourquoi trois compagnies différentes T_T. Je n'étais pas très chaude à l'idée d'appeler, donc une fois revenue à la sharehouse, j'ai tenté une inscription sur internet. Pour l'eau ouf, il y avait un formulaire pour l'activer en anglais, mais pour les deux autres, j'y suis allée à tâtons, c'était tout en japonais… Finalement, je ne savais pas si j'avais réussi à m'inscrire. J'étais perplexe.

L'emménagement !!!

Le lendemain j'avais rendez vous avec l'agence qui s'occupe du logement de mr Tanaka pour la remise des clés de l'appartement. J'appréhendais car je n'avais plus ma C. san pour me traduire et m'expliquer, j'étais livrée à moi-même avec mon niveau de japonais…

Une fois arrivée à Higashi Nakano (la gare proche de mon logement), j'ai galéré à trouver l'agence immobilière. Heureusement, une japonaise est venue à mon secours lorsque je lui ai demandé de l'aide. Finalement l'agence était située dans un étage d'un bâtiment étroit (j'ai toujours tendance à oublier qu'il y a trois tonnes de trucs dans chaque building O_o). J'ai été chaleureusement accueillie par Satô san, qui m'avait fait visiter l'appartement auparavant. Ce dernier m'a installé confortablement autour d'une table, avant de me sortir toute la paperasse qu'il restait à signer. Principalement les papiers d'assurances. Heureusement, Satô san et son sous fifre (un jeune japonais avec une coupe des années 80, il était marrant) étaient très patients avec moi, ils voyaient que je faisais de mon mieux pour comprendre et me faire comprendre. Satô san m'a avoué que j'avais du courage et que ça devait être pénible pour moi. Il était compatissant, c'était encourageant. A la fin des signatures, il m'a demandé si j'avais des questions et des choses qui restaient floues : j'ai sauté sur l'occasion pour leur dire que je ne savais pas si j'avais réussi à ouvrir un compte gaz électricité et cie. En deux secondes, ce dernier a attrapé le combiné et a appelé avec l'aide de son sous fifre les trois compagnies pour demander confirmation!!! J'étais épatée et tellement reconnaissante ! Bien entendu, j'ai quand même dû parler au téléphone pour que les compagnies aient la confirmation que je sois bien "moi" lol. Pour la compagnie de gaz, la dame au téléphone est partie dans des explications de fou auxquelles je ne comprenais strictement rien alors j'ai fini par refiler incognito le téléphone au sous fifre. J'imagine la tête de la dame genre : "euh pourquoi j'ai un homme maintenant au téléphone? *.*"

Une fois que tout a été réglé, j'ai suivi Satô san jusqu'à mon nouvel appartement. Nous sommes d'abord allés saluer Tanaka san, le propriétaire qui vit un étage au dessus. Ce dernier m'a donné un plan du quartier qu'il avait imprimé avec quelques annotations sur les côtés avec ses "préférences" et m'a aussi informé du festival de quartier qu'il y allait avoir. Enfin, il m'a confié des sacs poubelles avec les horaires de dépôt d'ordure. Ah oui parce que les poubelles, ici c'est relou xD. Il faut se lever exprès pour aller déposer ses déchets dans la rue pour que les camions poubelles les récupèrent. Sauf que moi c'est à 9h30 le lundi et le jeudi,  et que comme j'ai jamais cours le matin, ça m'embête de me lever exprès. OUI JE RALE. Enfin maintenant quand j'ai vraiment la flemme j'adopte une technique nulle où, l'air de rien je dépose mon sac d'ordure la veille vers minuit ni vu ni connu xD. Alors que je sais, ça ne se fait pas. MAIS BON j'ai pris en flagrant délit deux trois autres japonais le faire alors zuteuh (*^*).

Sur ces bonnes paroles, Satô san m'a congédié pour s'entretenir seul avec Tanaka san. J'ai donc pris possession de mes nouveaux locaux, ravie. Bon, je n'allais m'y installer que le lendemain matin car il fallait d'abord que j'amène mes valises une par une (LOURD), mais j'étais vraiment contente de constater que l'appartement était IMMACULE. Tout était propre de chez propre, ça se voyait que l'agence de nettoyage était passée.

Satisfaite, j'ai fermé à clé mon nouveau chez moi et suis retournée triomphante à ma sharehouse. Quelques heures après, j'ai fait une de mes valises et me la suis trimballée cahin caha jusqu'à Higashi nakano pour la déposer dans l'appartement. Alors que j'étais en train de galérer pour monter l'escalier avec ma valise, je suis tombée nez à nez avec ma voisine, vraiment adorable, qui m'a illico aidé avec mon fardeau. Elle est trop gentille, dès qu'elle me voit elle me fait un sourire à se décrocher la mâchoire.Après ça, j'ai refait le trajet jusqu'à ma sharehouse, au bout du rouleau (ai fait 3 allers retours ce jour là *.*).

Le lendemain matin, j'ai fait ma dernière valise, et suis partie avec Lolita dans son sac de voyage jusqu'à l'appartement. Ça a été une galère pas possible, j'en ai vraiment chié. En plus évidemment la valise a trouvé son moment pour crever une de ses roues (que j'ai eu le malheur de toucher, ce qui m'a brûlée au 1000ème degré T_T). Heureusement, l'appartement étant tout près de la gare d'Higashi Nakano, mon calvaire s'est vite terminé. ET J ETAIS ENFIN CHEZ MOI. Fini les trajets relous de Komae à Waseda :D ! Et j'étais heureuse pour Lolita aussi…

Par contre je n'avais pas de meuble. Et rectification, je n'ai toujours pas de meuble xD. Sauf le fameux matelas que j'ai acheté à Kinshichô pour me permettre de dormir (je dis fameux car c'est la source d'une de mes anecdotes que j'ai gardé pour un autre article *^* ).

Le lendemain, le monsieur du gaz est arrivé pile à l'heure du rendez vous que Satô san avait pris,donc j'ai pu avoir le jour même, l'eau, le gaz et l'électricité (que je paie tous les mois avec des factures qu'ils m'envoient par la poste au conbini du coin). 


Et pour finir, voici les photos de mon appartement !!! (^_^)

Les photos de l'appartement


l'entrée : le genkan, où il faut enlever les chaussures mais qu'une fois sur trois je zappe par inadvertance T_T.


La petite cuisine toute chou !


la pièce principale avec l'air conditionné et la porte fenêtre vers le balcon (<3)

Vu de l'autre côté : le grand placard :)


La salle de bain (oh sainte baignoire *o*)


Le balcon avec ma vue sur une entreprise de je sais pas quoi (j'ai toujours pas compris ce qu'ils fabriquent mais ils s'agitent toute la journée Oo )

ET VOILA !!! J'espère que mon expérience vous aura été utile ou que vous avez pris du plaisir à lire cette série d'article sur mon appartement au Japon. N'hésitez pas à me poser des questions :3

Mon appartement à Tôkyô #1 la recherche et dépôt du dossier !

Introduction

Les activités de l'université Waseda ne commençaient que début septembre, mais comme je n'avais aucun logement de réservé, j'avais décidé d'arriver au Japon deux semaines à l'avance. Par chance j'ai trouvé une sharehouse qui a accepté que je vienne avec Lolita (ma chatte) pour me loger pendant mes recherches. J'avais donc deux semaines devant moi pour trouver l'appartement qui m'accepterait avec Lolita. Ce n'était pas gagné, mais j'étais partie hyper positive, et heureusement car la recherche s'est avérée assez laborieuse (et encore, j'ai eu de la chance que l'université Waseda ait un service exprès pour les étrangers : le "Waseda housing center").

Partir avec son chat au Japon : toutes les étapes détaillées et mon expérience !


Je suis obligée de publier mes articles depuis l'université Waseda, car je n'ai plus internet depuis que j'ai déménagé dans mon appartement à Higashi Nakano ><. Je suis donc vraiment désolé du manque de publications ces temps ci alors que pourtant j'ai plein de trucs à raconter ! Sans plus attendre, voici un article que je voulais absolument publier afin de rendre toutes ces informations accessibles à toutes personnes voulant emmener son animal chéri au Japon !

Une évasion au coeur de Tôkyô : Le Meiji-jingû et son jardin intérieur


Pour une fois que j'avais une journée de libre hors paperasse administratives, j'ai sauté sur l'occasion pour visiter ce sanctuaire shinto, situé à côté d'Harajuku. Bon, j'ai marché depuis Shibuya car je devais d'abord retirer à la japan post une somme (exagérée) d'argent pour mon appartement. Loin d'être désagréable, ça m'a permis de m'émerveiller encore et toujours devant les buildings clinquants, chacun allant de sa petite musique pour attirer les clients. 

L'entrée se caractérise par un immense Torii de 30m en bois, vraiment imposant où tout le monde y va bien évidemment de son petit selfie ou photo emblématique. J'ai même rencontré un autre vloggeur qui parlait tout seul ! Comme quoi xD.

J'ai acheté une carte sim japonaise (GTN mobile) à Shinjuku ! Et je vlog les environs ^^

Aux alentours de GTN Mobile, je le trouvais trop mimi ^^

A la base je voulais attendre d'être à l'université Waseda et profiter de la création de mon compte en banque qu'il devait me faire faire la semaine de la rentrée pour ensuite acheter une carte sim, seulement, mon dossier pour l'appartement ne m'a pas laissée le choix. Lorsque j'ai rassemblé les pièces pour mon dossier, le housing center de Waseda m'a bien fait comprendre qu'être injoignable par téléphone n'allait pas du tout en ma faveur pour obtenir l'appartement. L'agence de garantie aussi, m'a signalée de leur communiquer mon numéro de téléphone dès que je l'aurai.

Bref, pas le choix, j'étais obligé d'en acheter une rapidement.
Le housing center de Waseda m'a alors sorti un flyer criard avec des têtes de gaijin en folie (>.< ) qui proposait des offres sans engagement longue durée aux démarches facilitées pour les étrangers. 

Ma sharehouse à Komae et mon trajet jusqu'à la gare ! (VLOG JAPON ^^)

Comme mes histoires d'appartements se sont tassées depuis que NORMALEMENT j'en ai trouvé un, je me la coule un peu plus pépère depuis. J'ai donc eu le temps de tourner mon premier Vlog au Japon pour vous montrer en détails ma Sharehouse et mon trajet quotidien jusqu'à la gare où je pars et rentre tous les jours. J'espère que la vidéo vous plaira, dans sa description je vous en parle un peu plus ^.^

Préparez vous un bon petit thé et bon visionnage !!!



L'expatriation commence !!! Mon voyage et arrivée au Japon avec Lolita ! (ET ma première vidéo youtube *.*)

Je vous écris depuis ma sharehouse de Komae, dans la banlieue de Tôkyô. Autant vous dire que je suis complètement crevée à cause de ce fichu décalage horaire que je n'arrive pas à surmonter (qui c'est qui dort à peine trois heures depuis qu'elle est arrivée? :D ). Oui parce qu'en plus, c'est tellement génial d'avoir le soleil qui se lève à 4h du matin  en venant t'éclairer brusquement le faciès ans crier gare *^* .Ahhhh et les charmants corbeaux qui viennent croasser de ci de là.... CROAA CROAAA !

Bienvenue au pays du soleil levant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Introduction


Avant de lire cette article, je vous conseille de regarder ma vidéo Youtube (la première, je suis toute timide à l'idée de vous la montrer >< ) où j'explique pourquoi et comment j'ai pu m'expatrier au Japon 

Ozark (saison 1) : Marty vous dit tout sur le blanchissement d'argent !



J'ai regardé Ozark dès sa sortie sur Netflix ! La bande annonce m'avait vraiment mise l'eau à la bouche !  Même si elle n'a pas eu énormément de promo, elle a quand même suscité un engouement certain au fur et à mesure que de curieux décidaient de s'y mettre.  En tout cas elle a d'ores et déjà été renouvelée pour une seconde saison !

Résumé : Marty, conseiller financier de Chicago, blanchit discrètement de l’argent pour le compte d’un baron de la drogue. Lorsque son partenaire le trahit, il doit rapidement déménager avec sa famille aux monts Ozarks. Sur place, il se retrouve malgré lui opposé à un dealer local dont il concurrence dangereusement le business, ainsi qu’à un clan de petits voyous, dirigé par une jeune fille de 19 ans, qui cherche à lui soutirer de l’argent. En outre, il doit aussi éviter de se faire repérer par un agent du FBI tenace.S’il veut protéger sa famille, Marty doit rapidement blanchir l’argent sale, tout en s’adaptant à cette nouvelle vie.

Chroniques en Inde du Sud #7 Malaise et tristesse devant les éléphants de Kottoor :(


Qu'est-ce que j'étais excitée le matin même à l'idée d'aller voir les éléphants de Kottor ! Comme le gars nous en avait parlé comme un centre de soin pour éléphants, j'ai pensé qu'il ne serait pas question d'activités touristiques avec promenade à dos de ces pauvres bêtes. Mais j'ai eu tort. Je ne sais pas si j'ai diabolisé tout ce qui touche à l'élevage d'éléphants depuis que j'ai lu des articles sur les cérémonies de "soumission" où l'on brise l'esprit de l'éléphant pour en faire une monture destinée à satisfaire les touristes en mal d'exotisme, mais ce que j'ai vu à ce centre m'a paru loin d'un centre de réhabilitation pour pachyderme.

Bon du coup laissez moi vous décrire ma matinée là bas:
Nous sommes arrivés en voiture depuis Trivandrum (une bonne demi heure à travers des petits patelins) pour assister au bain des éléphants. J'avais lu un commentaire d'une personne sur tripadvisor comme quoi le personnel lui avait permis de laver un éléphanteau alors j'espérais que j'aurais la même chance *.*.

Notre chauffeur nous a dirigé vers un lac où les éleveurs étaient déjà à l'oeuvre. Je me suis avancée vers la berge pour admirer et gagatiser devant les animaux, mais pas de trop près car les éleveurs aboyaient quand des gens s'approchaient trop près. Je ne sais pas si c'était leurs mines habituelles mais je les ai trouvé franchement antipathiques. Par ailleurs, aucun ne nous a proposé de venir nous occuper des éléphants. Pour le bain, nous n'étions qu'une poignée de visiteurs, ce qui du coup n'était pas intrusifs pour les pachydermes et leurs éleveurs. Un peu plus de sympathie n'aurait pas été de refus. J'aurais apprécié pouvoir poser des questions et discuter avec les éleveurs, mais apparemment, nous n'étions juste que des "observateurs". J'étais déçue de ce rôle.





En fait j'avais naïvement imaginé que j'allais pouvoir aider à prendre soin des éléphants vu que c'était un centre de réhabilitation et non un zoo. Mais apparemment ils avaient complètement intégré le tourisme dans le centre.... 
Ma déception est allée crescendo quand les éleveurs ont fait sortir les éléphants de l'eau pour les amener vers leurs "scène" de sustantation. Ces derniers portaient de lourdes chaînes sur leurs pattes, semblaient complètement éteints, et je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir les larmes au yeux lorsqu'un des éleveurs a brandi son crochet pour faire avancer un pachyderme, qui a barri sous la douleur. J'ai directement pensé aux fameux crochets qui déchire la peau des éléphants des articles que j'avais lu.


Ceci dit, j'étais tout de même consolé en constatant que les éléphants avaient l'air apprécier leurs bains ! Même si j'aurais tellement aimé leur frotter et laver la peau ... En tout cas j'y aurais mis beaucoup plus d'enthousiasme que leurs éleveurs ! Je veux dire, je veux bien qu'ils soient blasés car ils le font tous les jours, mais ce n'est pas parce qu'on est habitué à quelque chose qu'il faut faire des têtes  de bouledogues -_-. 



Une demi heure plus tard, les éleveurs ont aligné les éléphants et les éléphanteaux pour leur donner à manger. Et c'était vraiment malaisant je vous jure... Nous, visiteurs, leur faisions face sur une estrade, pendant qu'ils balançaient leurs têtes et leurs trompes de gauche à droite, attendant leur pitance. Après quelque recherche, j'ai pu confirmé que ce comportement était le signe d'un grand mal être et de dépression typique des éléphants en captivité et entraînés dans des activités touristiques de m****. Désolé. Mais ça me débecte.


J'avais tellement de peine pour eux et je me sentais en colère contre moi même de participer à cette  mascarade... Evidemment autour de moi, les indiens, les occidentaux, tout le monde semblait enchanté d'immortaliser son moment avec les pachydermes. Mais pour moi c'était du voyeurisme et surtout un malheureux exemple du stress que subissent ces pauvres éléphants quotidiennement !

Les éleveurs étaient soit en train de leur donner à manger, soit en train de papoter en cercle sur le côté. Ils laissaient aux visiteurs le loisir de les photographier dans leur vie de misère. Purée, ça m'énerve rien que d'y repenser, c'est pas une vie ça sérieux ><



J'ai pas supporté de photographier ça alors je n'ai que deux trois clichés.


Après leurs repas, j'ai été complètement effondrée quand j'ai vu les éleveurs en train de préparer les éléphants pour les balades touristiques. Surtout qu’évidemment les gens n'ont pas manqué de se précipiter sur la passerelle "d'embarquement". "Youhou regardez, on est monté sur des éléphants en Inde !!! ALLEZ INSTAGRAM FISSA !"
.... (u___u)

....
Ca me dégoute.

Notre chauffeur n'a pas compris pourquoi j'ai passé mon temps à avoir les larmes au yeux et à afficher une tête d'enterrement. Oh, j'étais juste frustrée de ne pouvoir rien faire... Mais qu'est-ce que j'aurais pu faire...

Toutefois, je ne mettrai plus jamais les pieds dans des centres soit disant de "soin pour éléphants". J'irai les admirer dans leurs espaces naturels point barre. Et évidemment je vous incite, si vous n'êtes pas encore au fait de ce business inhumain d'éléphants, de ne pas soutenir les balades et autres horreurs les incluant.

Ah bah oui, c'était l'article un peu déprimant de mon voyage en Inde du Sud, mais, j'avais besoin d'exprimer ce que je pensais de cet endroit et de ces pratiques... 


Ces séries que j'ai arrêté en cours de route #1


Je n'aime pas faire des critiques sur des séries que je n'ai pas vues en entier car je ne me sens pas légitime à attribuer une note ou un jugement basé sur une poignée d'épisodes. D'autant que je remarque souvent que de nombreuses séries m'accrochent seulement qu'au bout de quelques épisodes (Spartacus, par exemple et plus récemment 3% que je pensais arrêter à mi parcours et qui sur les derniers épisodes m'a vraiment épatée). Le truc c'est que de nos jours, des tooooooooooooooonnes de nouvelles séries affluent constamment alors dès que je patauge à en finir une je préfère y mettre un terme pour me consacrer à une autre.
Toutefois, je me suis dit que c'était dommage de ne pas vous parler de ces séries qui m'ont justement soit :
-endormie
-ennuyée
-pas emballée
-déçue
-perdue au long terme

Aussi, je vous invite à partager vos avis sur chacune de ses séries, si d'aventure vous les avez terminées et si contrairement à moi,  les avez appréciées ! C'est grâce à l'avis d'amis que j'ai continué 3% !
Back to Top