Chroniques d’une étudiante étrangère à Wuhan #1 L’ARRIVEE EN CHINE


chine, Featured, voyages / mardi, août 9th, 2016
En 2013, J’ai eu l’opportunité de partir vivre en Chine pendant un an. A travers ces articles, je vous livrerai toutes mes aventures, mon ressenti, mes réflexions, des informations sur la vie quotidienne chinoise etc… N’hésitez pas à me laisser un commentaire si vous avez des questions!

Les préparatifs !

Après voir brillamment obtenu ma licence LEA spécialité chinois (tu parles charles, c’était ma note de stage qui m’avait permis d’avoir la moyenne ( ̄□ ̄; ), je pris la décision de partir un an en Chine. Nous étions quatre étudiants à avoir eu la même idée et c’est donc ensemble que nous avions fait part de notre requête à l’institut Confucius de Toulouse. Chaque année, l’institut pouvait envoyer quatre étudiants avec bourse dans une université chinoise. Comme c’était sur motivation et non sur dossier (heureusement !), il nous suffit de venir quelques fois à leur cours pour témoigner de notre enthousiasme. Finalement, quelques mois plus tard, on nous appris que nous étions pris pour partir dans une université à Wuhan (malheureusement pas la Wuhan University).

 Et c’est là que les choses se sont compliquées…
carte chine wuhan
C’est là !!!
Déjà, alors que c’était quand même une perspective stressante en soi de partir une année dans un pays LOINTAIN, bizarrement, le responsable de notre affectation ne semblait pas pressé de nous donner des informations sur quoi que ce soit. Pour lui ça avait l’air aussi normal de que de partir au fin fond du Gers…  A force d’insistance, il nous lâcha quand même enfin la date de notre rentrée là bas : il fallait se présenter à l’université « avant le 2 septembre ». Bon… 
Pour partir, il fallait aussi impérativement remplir le dossier de VISA étudiant pour rentrer dans le pays, et ça aussi, ce fut laborieux !!!
Non seulement il fallait remplir un dossier mastoc d’informations se répétant d’un cadre à l’autre, mais en plus, il fallait fournir un « formulaire de bonne santé » avec des examens obligatoires. Dont un examen de séropositivité, une radio des poumons, un électrocardiogramme et j’en passe et des meilleures. La grosse blague quoi.
mike breaking bad
D’autant que forcément, les encadrés n’étaient souvent pas clairs dans leurs significations et que même sur les forums, les gens semblaient tous un peu paumés sur ce sujet. Quant à notre responsable, il chassa mes appréhensions d’un coup de main, comme s’il chassait une mouche : « Chez le médecin et c’est bon ! ». Sceptique,  je choisis malgré tout la sureté en me pliant à tous les encadrés.
J’effectuai les tests sanguins, la radio des poumons, et je pris rendez vous en catastrophe chez le cardiologue pour réaliser l’électrocardiogramme. Après quoi le médecin me remplis le formulaire qu’il tamponna de son sceau. Avec ça, normalement, je me disais que ça passerait crème (mais je n’étais pas au bout de mes surprises, comme vous le lirez dans un prochain article…^^).
Le dernier point restait la notice d’acceptation de l’université qui mis une éternité à arriver ! Pour moi c’était sur : le mec qui s’occupait des notices en Chine était aussi aidé que celui qui nous envoyait là bas ! ಠ_ಠ
En plus, forcément, les demandes de VISA étaient à soumettre à l’ambassade de Chine à Paris. Comme si nous, pauvres petits provinciaux que nous étions, nous avions l’argent et le temps de nous déplacer là bas exprès.
ain't nobody got time for that
 
Bref, je fis appel à une agence (très efficace soit dit en passant, je vous mettrai les coordonnées en fin d’article !) qui, après réception du dossier, me renvoya le tout rapidement, visa accepté.
Tout était fin prêy !

Le départ

Les doubles valises pleines à craquer, j’embarquai avec mon copain de l’époque (un des étudiants français) en direction de la Chine. Je l’avoue, j’étais excitée comme une puce comme j’étais aussi pleine d’appréhension. Et ce à juste titre : à part savoir que nous devions nous présenter à l’université (c’est quand même vaste dit donc !) « avant le 2 septembre », nous ne savions pas grand chose. Nous fîmes une première escale à Shanghai où nous pûmes nous plonger dans le premier bain de foule chinois (l’aéroport est immense ! ━ ( ゚ Д゚) ). S’en suivit un vol régional, CHINESE ONLY avec 2 petits étrangers paumés au milieu (‘-‘*). A vrai dire, j’étais tellement crevée que le vol me parut très court !

L’arrivée sur le sol chinois

J’étais tellement fatiguée en arrivant à l’aéroport de Wuhan, que la première chose que je voulais, c’était récupérer mes valises afin de me passer un coup de crème sur le visage. Sauf qu’évidemment, les valises qui manquaient à l’arrivée, c’étaient celles de qui? DE BIBI. 
 
buzz, noooo, valises perdues
 
Nous nous dirigeâmes donc, les mines déconfites vers le petit comptoir de l’arrivée et tentâmes d’expliquer en anglais notre désarroi. Sauf que la dame ne parlait absolument pas anglais, et sa collègue qui vint peu de temps à la rescousse, pas bien plus. « Tiens, bizarre tout de même dans un aéroport avec des vols internationaux ! » m’offusquai-je… (un vol spécial à direction de paris a été mis en service, dû à la communauté française de la ville qui travaille à l’usine Peugeot). 
S’en suivit une conversation plus ou moins bancales où nous barragouinâmes (passé simple niveau 10 *.*) le topo en chinois.
Bref, après nous avoir fait les gros yeux (bonjour l’empathie pour de pauvres étrangers largués ! ) elle nous écrivit son numéro de téléphone pour que nous les appelions une fois arrivés à l’université.
Du coup, avec juste nos petits bagages à main, nous prîmes le premier taxi qui passait par là. J’avais eu le bon sens de recopier l’adresse en chinois sur un papier au cas où ça ne parlerait pas anglais : J’avais bien fait, la conductrice n’en parlait pas un mot.
 
Le trajet jusqu’à l’université fut une première immersion dans la Chine. Surtout au niveau des paysages. Je ne m’attendais pas exactement aux paysages fantasmés des campagnes asiatiques, mais je dois avouer que je fus assez déboussolée en regardant par la fenêtre. Au delà de l’autoroute, je distinguais des terrains en construction dont certains complètement laissés à l’abandon, une flore inexistante, d’anciennes structures détruites et d’énormes panneaux publicitaires. De temps en temps, dans ce no man’s land, d’immenses immeubles résidentiels en bloc s’invitaient dans le paysage. Je me disais que leurs résidents devaient surement faire leurs trajets en voiture tant ça avait l’air complétement isolé. 
Cependant, ça ne me refroidit pas pour un sou, j’étais venue là pour me dépayser et me frotter à une culture inconnue, pas pour dénigrer le paysage environnant.
Concernant le trajet en taxi…. Oulalala, moi petite conductrice pépère de ville, je fus secouée (゜◇゜). L’autoroute, à trois ou cinq voies étaient fréquentée, non seulement par des voitures, mais aussi des véhicules rudimentaires, voire des deux roues et des vieux toucs toucs !!!! En vrai, c’était très drôle de voir le petit papi chinois sur sa mobylette, au calme sur le côté de la route avec des voitures traçant à plus de 130km/h. Hihi.
 Quant à la conduite, c’était fast and furious. Aucun clignots, pas de voies particulières désignée pour doubler et ceintures inexistantes qui plus est ! Bah c’était plutôt drôle du coup ━(゜∀゜)━

Premiers pas sur le campus !

Le chauffeur nous laissa finalement devant une des entrées de l’université quarante cinq minutes plus tard et pour seulement une centaine de yuan (environ une dizaine d’euros !). Ca peut paraître long comme trajet, mais Wuhan est une grande ville très étendue (réunion de trois agglomérations). A titre d’exemple, Paris fait 105,4 km² et Wuhan : 8 494km², donc, rien d’étonnant.
Bref, armés de nos petits bardas et de nos notices d’acceptations, nous fîmes nos premiers pas sur le campus de l’université. Et là ce fut foklo peuchère ! Je ne m’attendais pas du tout à ce que TOUS les étudiants chinois présents nous regardent. 
suricates, étudiants chinois
J’étais très mal à l’aise, d’autant que nous ne savions pas du tout où aller.
Nous demandâmes donc de l’aide à un groupe d’étudiants dans un chinois plus qu’approximatif, qui nous redirigèrent (non sans glousser après notre départ ) vers un building au loin. Je remarquai à quel point le campus était immense, concentré autour d’un lac. 
 
plan campus wuhan chine
Le plan du campus.            
Cahin caha, nous nous aventurâmes à travers les rues du campus (un vrai labyrinthe !), mais sans trouver le bâtiment indiqué. Finalement, après une errance beaucoup trop longue à mon goût vu mon stade de fatigue, nous alpaguâmes un nouvel étudiant, qui, par chance parlait plutôt bien l’anglais et su nous accompagner vers le bureau des étrangers. J’étais rassurée *.*
 
Ci dessous quelques clichés du campus :
 
campus wuhan lac
campus wuhan lac
lac déchets wuhan
Des déchets s’amoncelant le long du lac 🙁
dortoirs chinois wuhan
Les dortoirs des étudiants chinois, le linge aux balcons             

 Au bureau des étrangers

Là bas, le responsable nous expliqua dans un anglais bancal, qu’il était étonné qu’on ne les ait pas informé à l’avance du jour de notre arrivée à l’aéroport, car ils étaient censés venir nous chercher... Ah je vous jure que je l’ai maudit celui qui nous avait envoyé ! 
 
Après quoi, le responsable (on va l’appeller Mr Zhang), appela directement l’aéroport. En deux deux ce fut réglé, nous devions récupérer le lendemain les valises en allant chercher les autres étudiants à l’aéroport. Comme les choses s’arrangeaient, je me sentais requinquée à l’idée de visiter l’université.  Mr Zhang demanda à l’étudiant sympa qui nous avait amené de nous amener aux dortoirs étrangers. Nous le suivîmes, enthousiastes mais crevés. 
 
Voilà, mon premier article sur mon expérience chinoise ! J’espère qu’il vous a plu, j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire. La suite arrivera très vite !
 
On se quitte avec une des rares photos où l’on peut voir un ciel magnifique! (Les bâtiments en constructions à l’arrière du campus ne furent jamais remis en activité durant toute mon année…)
 
Quel beau ciel !
 
Coordonnée de l’agence de visa : Rapide Visa

3 réponses à « Chroniques d’une étudiante étrangère à Wuhan #1 L’ARRIVEE EN CHINE »

  1. Hello ma belle !
    Tout d'abord, bravo pour cet bel article. Il est extrêmement bien écris, et j'ai beaucoup ris !
    La Chine est l'un de mes pays préférés, je suis allée à Pékin l'année dernière, et je vais à Shangai (et voir les "petites" villes aux alentours) pour mes vacances cette année !
    Tu as tellement de chances d'être allée là bas un an… Je voulais le faire aussi mais mon master ne me le permettait pas. Mais je compte m'y expatrier un jour (si j'y arrive) !

    Tes articles m'ont rappelé tellement de souvenirs… Le fait que les chinois parlent très peu la langue, les taxis pas chers, les bousculades dans le métro (le concept de la queue inexistant HAHA), la "rudesse" à première vue des chinois, les toilettes à l'extérieur (avec le luxe d'avoir une cuvette parfois).
    Je suis vietnamienne, mais pour les chinois, je ressemble vraiment à une chinoise alors tout le monde me parlait en chinois. Ils ne concevaient pas que je ne parle pas un mot de leur langue, ça les vexaient même parfois. Mon ami qui m'accompagne est étranger lui, tout le monde le regardait, il trouvait ça insupportable. Il étudiait à Pékin donc il parlait vachement bien la langue par contre (le duo comique : l'asiat qui ne parle pas un mot de chinois, et le français qui traduisait tout pour elle).

    Bref, ce pays est extraordinaire. Si grand, si différent du nôtre, mais tellement de choses à apprendre, à voir et à découvrir ! (sauf les crachats bouuuuuh). J'attends avec impatience tes autres articles !!

    Des bisous 🙂

  2. Ah, Shanghai est une de mes villes préférées *.* Je me suis bien plu là bas quand j'y suis allée en vacances. La rive du bund, le quartier d'affaires, le vieux quartier chinois… Tout est top. Il y a beaucoup plus d'étrangers (et donc nettement moins de regards curieux x.x) et surtout la concession française avec de vrais boulangeries et des rues jonchées de platanes (on se croirait en France). C'est un très bon compromis pour rester en contact avec la culture française tout en vivant en Chine. C'est aussi très vivant ! Notamment un quartier composé de petites rues avec plein de bars où se mélangent étranges et chinois. A ne pas louper si tu y vas ! J'aimerais également beaucoup y retourner, et pourquoi pas y vivre quelques mois si l'occasion se présente. En tout cas je pense que tu vas aimer 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *