Chroniques d’une étudiante étrangère à Wuhan #3 : LA RENTREE !


chine, wuhan / lundi, octobre 3rd, 2016

Je fais une petite pause sur les articles en Inde pour me replonger en Chine. J’ai tellement de choses à vous raconter sur cette année que je ne sais pas par où commencer. En outre, vu la longueur de mes articles, qui peuvent certainement en refroidir plu d’un haha, j’ai pris la décision de diviser certains de mes futurs pavés, quitte à faire plus d’articles.

BREF, faisons simple et continuons chronologiquement depuis là où je vous avez laissé : à la fin de la cérémonie d’ouverture de l’université. 
J’étais donc désormais, en possession de mon diplôme de boursière du gouvernement chinois, prête à commencer mon année scolaire au sein de la South Central University For Nationalities (中南民族). Je croyais que nous allions pouvoir retourner à nos dortoirs, mais non, une deuxième réunion devait avoir lieu dans les locaux de l’université pour nous informer sur divers points. Je suivis donc mes confrères étrangers jusqu’à une salle où quelques chinois nous attendaient. Un par un, différents responsables se présentèrent et nous expliquèrent l’honneur que nous avions de faire partie de leur université en tant qu’étudiant étranger, les valeurs que nous représentions et patati patata. 

 
Puis, un des policiers en charge de la sécurité sur le campus pris la suite en chinois wuhanais (comprenez, dans un chinois totalement incompréhensible) et nous avertit contre les pickpockets (mise en situation à l’appui, youhou !….) avant de nous donner son numéro de téléphone en cas de danger. Je me disais que de toutes manières même si il m’arrivait une couille, je ne me voyais pas avoir une conversation avec ce monsieur au téléphone. Déjà que comprendre le chinois face à face c’est chaud, mais par téléphone, hum hum ! Bref, la réunion se termina et nous pûmes revenir à nos chers dortoirs pour attaquer le lendemain le début des cours.

La rentrée 

Ah, ce cher premier jour de cours… Je crois que je ne l’oublierai jamais. Ce fut le premier jour où j’entendis la charmante musique visant à réveiller les étudiants confortablement endormis dans leurs dortoirs. J’aurais dû me douter que la pléthore de hauts parleurs disséminés dans tout le campus allait servir à quelque chose…  Un vieux jingle de radio récitait tous les jours de la semaine (en anglais bizarrement), avant de parler des actualités de la fac.
Et ça ne s’arrêtait qu’en fin de matinée lorsque les étudiants étaient bel et bien assis dans leurs salles de cours. Bref, même si nous étions pris d’une flemmingite aiguë d’aller en cours, impossible de ne pas nous réveiller par ce jingle redondant. 

je peux encore l’entendre dans ma tête, >____<!!!
Le trajet à pied du dortoir au bâtiment de langues étrangères était très long. Comme je le disais dans le premier article, il fallait compter une bonne quinzaine de minute. En plus, pas trop possible d’arriver en retard car les professeurs chinois étaient stricts sur ce sujet et, je vous jure que vous n’avez pas envie de vous faire foudroyer du regard par un prof chinois énervé (véridique, on dirait qu’ils essaient de vous tuer sur place XD).
 
Notre premier cours consista à nous faire passer un examen de HSK en fonction du niveau que nous pensions avoir. Avec mes amis français, refroidis par ces premiers jours en Chine, nous décidâmes de nous positionner sur le niveau 2. Finalement, après avoir passé l’examen, nous remarquâmes que le niveau était beaucoup trop simple (il y avait même les pinyin écrits…) alors nous dûmes changer de niveau le lendemain pour le niveau moyen. Au total, il y avait 3 niveaux : Débutant, moyen et confirmé. 

J’ai un nom Chinois :3 !

Lors de mon premier cours de langue, notre professeur, une chinoise que j’avais prise pour une étudiante lors de notre retour à l’aéroport (Je lui aurais donné 19 ans pas plus Oo), décida de nous attribuer des noms chinois en arguant que de toutes façons nous en aurions besoin pour à peu près tout. Un par un, elle nous demanda notre prénom, et si la prononciation était difficilement adaptable en chinois, elle prenait la signification pour bidouiller un prénom correct. 
En ce qui me concerne, devant mes protestations sur le prénom chinois répandu : « Mali » (comme c’était aussi le nom d’un des protagonistes de mon manuel de chinois d’LEA, je n’avais PAS DU TOUT envie de m’appeler comme lui *^*), la prof chercha par rapport à la signification de mon prénom et me proposa Haini 海妮 (à prononcer Raini) « Hai » signifiant la mer et ni étant un suffixe féminin. J’étais ravie !!!! je trouvais la sonorité très mignonne, et maintenant encore j’utilise volontiers mon nom chinois dès que possible ! D’ailleurs, vous l’aurez compris, c’est pour ça que mon pseudo est Eden HAINI. Mystère résolu
 
Mon ex en revanche, fut moins chanceux et fut nommé : « Wen Ge » 温哥 (frère doux LOLILOL) par rapport à la sonorité de son prénom d’origine. Cependant, cela nous fit tellement délirer qu’il l’utilisa finalement. D’ailleurs les chinois que nous croisâmes par la suite s’esclaffèrent à chaque fois qu’ils l’entendirent XD.
On nous distribua ensuite notre emploi du temps : nous avions cours tous les matins de la semaine (sauf samedi et dimanche bien sur), avec des sessions de 1h30 de cours (2 cours sur une matinée). Ça peut paraître peu comme ça, mais le travail demandé était énorme, notamment l’apprentissage des caractères, qui allait généralement sur une cinquantaine à apprendre par semaine  d’un cours à l’autre.
 
Nos cours étaient les suivants : Reading (avec une prof trop mignonne, ma préférée, je ne loupais jamais ses cours !), Comprehension (un concentré monstrueux de tous les cours), listening (avec un prof qu’on aurait dit qu’il allait mourir de dépression le pauvre *.*, mais vu le nombre de gens qui allait à son cours, ça pouvait se comprendre… ^^ »), speaking (un cours d’oral plutôt cool avec des dialogues à faire et la prof était trop jolie omg ^^), writing (avec la prof d’oral, on nous faisait faire des « rédactions »). 
 
exemple de cours ! <3
En tout cas, plus les cours passaient, plus les gens n’y venaient plus, ce qui était à base de crise de nerfs de certains professeurs. Le pire c’était que les français faisaient partis des plus assidus… Bon vers la fin du voyage j’ai un peu fait la tâche parmi les autres mais fuck XD. Afin de nous faire revenir en cours, ils nous menaçaient sur QQ (ah oui, parce qu’on était tous inscrits par niveau sur des groupes QQ de discussion pour que les profs puissent nous passer des infos ou des devoirs…). Régulièrement, ils publiaient le nom et les absences de chacun en nous disant qu’ils allaient nous retirer la bourse nanani nanana. Le plus drôle c’était que certains n’étaient jamais allé en cours (notamment tous les égyptiens haha, ils étaient trop drôles eux !). 

La sortie des cours

Je me permets de le mettre en titre car franchement, ça en valait son pesant d’or. Je n’avais jamais vu de toute ma vie autant d’étudiants sortir de cours et se diriger tel un seul homme vers les différents restaurants. On aurait dit une japan expo quotidienne tellement il y avait de gens. C’était très impressionnant à voir:
 
 
Forcément, tout le monde tentait de doubler tout le monde en accélérant le pas, ou en empruntant des vélos/des scooters, sauf que la foule était tellement compacte que l’on se retrouvait inéluctablement stoppé à un moment ou à un autre. Par la suite, nous repérâmes des « raccourcis » qui nous permirent de gagner quelques places, mais bon… C’était le dawa! Aussi, mon ex investit dans un vélo (pour quelques malheureux euros *.*) avec une place arrière (un petit coussin vissé à l’arrière x) ), ce qui nous permis de gagner du temps (mais assez sportif pour mon ex, qui devait souffler comme un bœuf pendant les côtes xD).
 
 
Ah et oui XD, à chaque sortie de cours (matin+après midi pour les chinois à 17h), un espèce de chant patriotique chinois  (on aurait dit l’hymne nationale mais c’était pas ça) retentissait dans les hauts parleurs. Ça mettait l’ambiance, truc de dingue! A chaque fois  j’avais l’impression de faire un bond dans le passé, dans les années 1930 ou que sais je. 
Là aussi c’était un peu aliénant sur les bords, mais bon, au bout d’un moment on trippait bien en chantant de concert avec les voix d’opéra en mode yaourt XD
 

Les activités du mercredi

Au bout de quelques jours, on nous demanda de nous inscrire à une activité extrascolaire. Dans le lot : Chant, Kungfu, calligraphie et origami. 
Motivée, je m’inscris avec mon ex pour le Kungfu. 
Malheureusement, ce ne fut pas glorieux… Le professeur, un maître aguerri, semblait certes ravis de faire cours à des étrangers, mais bizarrement il ne nous faisait pas du kungfu mais… du volleyball ! Et évidemment, il fallait que ça soit le sport où j’étais le plus gourdissime T_T
 
 
Bref, je passai finalement mon temps à regarder les autres jouer et à râler en mode française sur le fait que c’était juste manière de nous exposer aux chinois qui, effectivement s’extasiaient, appareils photo en main de voir des étrangers faire du sport. D’ailleurs, les seuls cours où le prof nous fit faire du kung fu (à force d’insistance),  fut hypers gênants car il y ayait encore plus de chinois badauds qui s’arrêtaient pour nous observaient avoir l’air débiles. Bah vouais, quand après on regardait les vrais pratiquants de Kungfu qui faisaient cours après nous, c’était carrément autre chose.
Bref, j’abandonnais finalement les cours du mercredi. 
 
 
 
Voilà, comme promis, j’ai raccourci mon article, finalement je préfère aussi car ça me laisse du temps pour faire autre chose de ma journée XD. Dans le prochain article, je parlerai administratif avec l’obtention du visa résident et de l’hôpital pour étranger, le passage obligatoire dont je me serais bien passé O_o. 

2 réponses à « Chroniques d’une étudiante étrangère à Wuhan #3 : LA RENTREE ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *