(Longue) Storytime à Wuhan : Mon expérience dans un hôpital chinois = je m'en serais passé u_u !


Non, je ne suis pas encore morte, juste en période de partiels de ma dernière année de licence de japonais. A vrai dire ça fait deux articles que je profite de ma matinée de travail du samedi pour écrire haha. Mais quel sérieux oui XD. Bon, faut dire, le matin les clients ne s'amassent pas devant la caisse (encore que...) alors je suis plutôt pépère :3.
Bref, après avoir lu un article d'une blogeuse que j'aime beaucoup qui racontait ses péripéties dans un hôpital chinois où elle s'est rendue bon gré mal gré, j'avais envie de vous faire part de ma propre expérience.

Revenons donc trois années en arrière alors que j'étais tranquillement en train de pioncer avant une matinée de cours en Chine, quant tout à coup, voilà que mon oreille se mis à me lancer méchamment fort.  Je sus immédiatement que c'était une ôtite (j'y suis abonnée à mon plus grand désarroi T_T). Ca me tapait horriblement, j'étais au plus mal. Je demandai donc à mon copain de l'époque d'aller trouver une pharmacie car je n'avais ni la force de bouger ni de chercher une solution. Ce dernier partit alors, encore dans les choux, trouver une pharmacie. On en avait vu quelques unes devant l'université alors je pensais qu'il trouverait au moins des ibuprofènes pour calmer ma douleur (j'avais épuisé tout le stock que j'avais ramené de France). Sauf que non, ce dernier revint bredouille m'expliquant que la pharmacienne n'avait rien. Genre même pas un ibuprofène (en fait c'était plutôt une parapharmacie).

Dégoûtée, je contactai une amie chinoise (<3) qui accepta de m'accompagner à l'hôpital "français" de Wuhan. Voilà, je mets "français" entre guillemets car c'est sans aucun doute une fourberie de premier ordre ! Certes, tous les panneaux dans l'hôpital sont traduits en français, mais le reste ne suit pas du tout O_O !. Le personnel ne baragouine même pas un mot de français. Pourtant sur le papier (bon le site web en l'occurence), ils se targuent d'être un hôpital francophone...! ಠ_ಠ 


Bref, après une bonne heure de trajet (bus + métro + marche), j'étais bien contente d'arriver avec mon amie car il fallait avouer qu'en tant qu'expatrié, c'était dur de s'y retrouver. A l’accueil on me fit remplir un papier signalant que je voulais voir un généraliste puis je me suis rendu aux guichets pour payer. C'était tout autant la foire que d'habitude, à la fin de la "queue", j'étais à moitié en sandwich entre des chinois qui voulaient me virer sur le côté en se collant à moi derrière avant même que j'eusse fini de payer è_é

Ceci dit, j'étais étonnée de constater que le prix de la consultation était vraiment ridicule *.* ! J'étais dégoutée d'avoir souscris à une assurance LMDE qui me coûtait tous les mois la peau des fesses...  T_T
Armée de mon papier de consultation et de mon dossier donnée par la dame de l'accueil, Mon amie me guida jusqu'au service adéquat et là mon dieu..... Je vous jure que j'ai eu une grooooooooooooooooosse pensée pour mon médecin généraliste français, sa belle salle d'attente et son bureau de consultation flambant neuf.  Ici, de l'intimité ? mais qu'est-ce donc que ce concept? Connaît pas !
Le bureau du médecin n'était qu'une petite pièce genre placard à balai, la porte grande ouverte avec des chinois qui attendaient à l'extérieur mais aussi A L INTERIEUR pendant qu'un mec se faisait ausculter OKLM. J'étais médusée.



Maaaaaaaaaaaaaaaaaaais, après six mois en Chine, j'avoue que je ne m'attendais pas à autre chose. Bah ouais. On s'habitue. Ce qui ne veut pas dire que ça ne m'exaspérait pas tout autant, mais bon, this is china, deal with it !!!
Donc bon, je me plaçai à mon tour dans la file d'attente (ou devrais-je plutôt dire dans la masse de patients qui attendaient), mon amie me poussant gentiment pour entrer dans la salle de consultation, derrière deux autres chinois pratiquement nez à nez avec le médecin et le patient qu'il auscultait. Quand ce fut mon tour le médecin me fit asseoir. J'étais on ne peut plus mal à l'aise de me faire examiner ainsi, d'autant qu'en plus j'étais étrangère donc j'avais comme toujours le droit à mon lot de regard curieux.
petit rage comic illustrant la situation xD fait par mes soins x)

Je voyais déjà la photo circulant sur le forum d'échange de photos d'étrangers (cf mon article sur l'étranger déshumanisé ^^") sous l'intitulé "VOUS N AVEZ JAMAIS VU CA ! UNE ETRANGERE SE FAIT AUSCULTER L OREILLE". 1 millions de vue. 25 000 likes.
Pardon je dérive.

Bref,  après le diagnostic, sous la supervision de mon amie faisant office de traductrice, le médecin me fit déplacer dans une salle de soin spécialisé. Les chinois me regardèrent partir, le médecin sur mes talons. J'étais contente de sortir de ce guet-apens.

On me fit asseoir et là le médecin pris un espèce de coton de tige imbibé de liquide noir et me le fourra dans l'oreille. Euh oui bon, j'étais trèèèèèèèèèèèès perplexe. Je n'avais pas le souvenir d'avoir déjà eu ce genre de traitement. Pas du tout même. M'enfin je me disais : c'est un professionnel, il sait ce qu'il fait et puis je vous assure que rien que le fait d'avoir l'impression d'être prise en charge, ça soulage la douleur. Après ce badigeonnage orl (j'invente des expressions je sais), il me boucha l'oreille avec du coton puis me donna un papier. Ah. Bon, il fallait apparemment que je revienne faire la même chose le lendemain. Ça m'emballait moyen cette histoire car je m'attendais plutôt à une prescription de gouttes, antidouleur, antibiotique et puis voilà. Mais non, il me fit juste une ordonnance pour un antibiotique. Quant à la douleur, rien du tout = souffre en silence petite étrangère aseptisée.
Après avoir récupéré les médicaments à un guichet, je rentrai à l'appartement. Je pris illico mon anti biotique, pensant que ça irait mieux bientôt. Eh bien, pas du tout : J'avais toujours très mal, beaucoup trop mal. Résultat, fatiguée par la douleur et l'abattement dû au mal du pays, je pris le paracétamol codéiné que j'avais embarqué au cas où alors que je savais pertinemment que ce n'était pas la meilleure des idées. Mais j'insistais  à coup de plusieurs cachets dans la journée jusqu'au lendemain. Sauf que ça ne marchait pas non plus. Il me tardait déjà d'aller à l'hôpital.Sauf que je fis l'erreur de ne pas demander à mon amie de nous accompagner. Je ne voulais pas la déranger car le trajet jusqu'à l'hôpital était très long. Mal m'en pris. Sur le trajet, j'étais très mal, j'avais des nausées, mal à l'oreille et en plus mon ex copain était en colère contre moi dieu seul sait pourquoi =_=; j'étais au bout de ma vie. D'ailleurs, je dus sortir du métro en panique pour aller vomir toutes mes tripes dans une des poubelles du métro. En plus J'étais en pleurs et n'arrêtais pas de me plaindre ce qui devait me donner l'air d'une folle furieuse u_u.

Malheureusement, une fois à l'hôpital, pas un chat, il était 16h30 et aucun personnel n'était là. Ça sentait grave le pâté. Désespérée, je me rendis au même service que la veille et là, bingo, nous vîmes un groupe de médecins en grande discussion. Nous les apostrophâmes mais ces derniers nous ignorèrent royalement. Mon ex insista, mais c'était comme si nous étions invisibles !!!

Au bout du rouleau, je tapotai finalement l'épaule de l'un des médecins et lui expliquai en chinois que j'avais un petit papier pour me faire un soin de l'oreille.
Ce dernier m'écouta d'une oreille et ses collègues me dirent que grossomodo c'était la fin du service = merci au revoir. 
Mon ex s'énerva et leur fit remarquer qu'on avait fait un trajet d'une heure pour venir et que bref on  n'allait pas repartir bredouille. J'étais sur le point de fondre en larmes.
Finalement, un des médecins accepta de me faire le soin clairement à contre-cœur et me refit le truc de la dernière fois avec le coton de tige noir. Je lui expliquai que j'avais vomis que j'avais très mal, mais il me répondit en gloussant comme si je venais de dire la chose la plus drôle du monde. J'eus envie de l'emplâtrer contre un mur  ><!!!!.
Non, sans exagérer bien sûr xD
Après le soin, ce dernier nous jeta littéralement de la salle sans autre forme de procès et nous laissa en plan. Sans aucun papier en plus, rien du tout. 
Mon ex me dirigea vers la sortie et nous sortîmes de l'hôpital où il n'y avait déjà plus personne. 
Je fondis alors en larmes. C'est simple, je n'avais qu'une envie : rentrer en France et aller voir mon médecin traitant pour qu'il me donne ces fichus gouttes... 
Bref, au retour, je joignis par téléphone mon amie chinoise pour lui expliquer ce qu'il s'était passé. On décida alors de revenir à l'hôpital dès le lendemain pour voir un spécialiste. 
Le lendemain, on revint donc à l'hôpital, moi toujours au bout de ma vie. Je payai pour voir le spécialiste (alors oui parce que j'ai pas compris.... Le "spécialiste" était le même médecin que j'avais eu la première fois et officiait dans la même salle de consultation, qui était alors généraliste wtf....)
Dans la salle de consultation, voyant que j'étais au plus mal, mon amie chinoise demanda au médecin de fermer la porte pour que je puisse être tranquille (Merci grand dieu !) puis lui expliqua ce qu'il s'était passé la veille. Le médecin me fit alors comprendre qu'il ne fallait pas prendre d'antidouleur avec l'antibiotique ce qui du coup m'avait causé les vomissements. Puis il me refit le même bazar avec le coton de tige jusqu'à ce que je demande finalement s'il n'avait pas DES FUCKING GOUTTES que je puisse mettre chez moi. Le médecin m'en prescris :  AMEN. Il aura fallu que j'insiste quand même. c'est dingue ^^". Je repartis donc de l'hôpital, l'esprit apaisé, mes gouttes dans un sachet avec d'autres antibiotiques. 
Avec mon auto traitement, je finis par guérir au bout que quelques semaines. Mais franchement traumatisée XD.

Ce que je reproche au personnel de l'hôpital :

-De ne pas m'avoir aidé, ne serait-ce qu'orienté. Je leur avais dit que j'étais française alors ils auraient quand même pu nous guider vers un francophone, vu que l'hôpital se targuait d'avoir du personnel bilingue. Peut-être même qu'ils auraient dû me réorienter vers les urgences,

-De ne pas avoir fait preuve de compassion pour un étranger paumé. Je ne comprends pas vraiment ce concept à vrai dire. Pourquoi ne pas aider un étranger qui galère, dans un environnement où personne ne parle anglais? En France, en Angleterre, au Japon, en Espagne, partout où je suis allée, ne serait-ce qu'en touriste, j'ai toujours eu une âme charitable pour me guider, me donner des conseils ou ne serait-ce que me demander si ça allait ! Si j'avais vu un pauvre chinois en peine paumé, je l'aurais aidé ! Et n'importe qui (bon enfin presque) en aurait fait de même. Alors pourquoi ces médecins m'ont ignoré alors que j'avais clairement l'air d'être aux portes de la mort (non non pas d'exagération ici, pas du tout huhu) et qu'en plus j'avais une tête d'étrangère, chose rare dans les environs???
Incompréhension.

N'hésitez pas à me faire part de vos bonnes/mauvaises expériences dans des hôpitaux étrangers, je serais curieuse de savoir ! :)

3 commentaires

  1. Wow, juste wow. Tu t'es fait mais tellement balader, je m'attendais à lire à tous moments : "et là le médecin demanda conseils à ces ancêtre en sacrifiant une poule" XD.
    C'est juste aberrant vraiment...

    RépondreSupprimer
  2. Bon déjà, quand on va en Chine, on sait qu'on va dans un pays avec une autre culture, c'est à nous de nous adapter.
    Ensuite, les chinois n'ont pas l'habitude de perdre leur temps, ils sont nombreux, et les examens sont bien faits contrairement à ce que vous semblez croire. Personnellement, je vais régulièrement en Chine, et compte tenu de mes opérations, je suis régulièrement à l'hôpital, et pas toujours le même. A chaque fois, les gens sont compétents, même si leurs méthodes ne sont pas celles de France. A chaque fois, j'ai eu les soins appropriés et les médicaments aussi. Votre exemple des prises de sang au "guichet" est frappant, quoi de plus normal, quel est l'intérêt d'être assis dans un fauteuil à 2000 euros pour une prise de sang, quel intérêt de la faire durée 10 minutes si elle peut être faite en 2? D'où vient le trou de la sécu en France??? Et pour finir, chère étudiante, sachez que contrairement à ce que vous écrivez : "MALGRE QUE l'on nous attribue un "visa d'étudiant" en France", et même si vous êtes en Chine, malgré que n'est pas français, il faut dire et écrire bien que... Donc en conclusion, personnellement rien que du bon dans les hôpitaux Chinois de Wuhan et si vous voulez un chef de service des urgences qui parle français, allez à l'hôpital Zhongnan à Wuchang. Pascal 13 novembre 2017

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, merci pour votre commentaire.
      Je suis d'accord sur le fait que dans un autre pays il faut s'adapter, mais il arrive que l'on est de mauvaise expérience aussi qui nous déplaise, c'est bien normal. Si vous aviez lu le reste de mes articles, vous auriez compris que j'ai également apprécié beaucoup d'aspect de la Chine. Je suis contente pour vous si toutes vos expériences dans les hôpitaux chinois vous ont contenté. Comme vous le dites vous même, vous êtes allés dans plusieurs hôpitaux chinois, alors que mon histoire n'en implique qu'un seul. Tout ce que j'explique dans mon article est vrai : personne ne m'a réorienté par exemple vers le service des urgences francophones (alors qu'apparemment comme vous le précisez, il y a en a bien un), au lieu de tout bonnement faire comme si je n'existais pas. Le titre de l'article n'est en aucun cas "les hôpitaux chinois sont affligeants" mais mon anecdote personnelle dans celui de Wuhan, en ces jours précis.
      Je n'ai pas compris votre dernière phrase par contre. malgré "que n'est pas français, il faut dire et écrire?" (?).

      Supprimer

Back to Top