Before I wake : Un film d'horreur enchanteur au casting impeccable.


J'adore les films d'horreurs, enfin, les "bons" films d'horreurs qui, souvent, prennent aussi la forme de thriller. Vu qu'ils sont bien trop rares à mon goût, je me suis dit que j'allais vous parler de cette trouvaille Netflix (Oui, Netflix a pris mon âme j'avoue) qui m'a bien plu. (je vous recommande d'ailleurs ma liste de films d'épouvante favoris ^^).
Le thème principal étant les rêves, ce film ne pouvait que m'emballer. En effet, sans trop rentrer dans des détails fastidieux, j'ai souvent des rêves lucides et des genre d'OBE alors ce sujet m'intéresse particulièrement.
L'histoire de base tourne autour d'un jeune couple, qui, suite au décès prématuré de leur fils se retrouve dans l'incapacité d'en avoir un autre et lance donc une procédure d'adoption. Ils accueillent ainsi le petit Cody (l'acteur est trop mignon, omg omg omg, l'enfant qu'on aimerait tous avoir !) et se retrouvent petit à petit confrontés aux rêves de ce dernier qui prennent vie lorsqu'il s'endort.
Le problème, c'est qu'il n'y a pas que ses rêves qui deviennent réels, mais aussi ses cauchemars... Bref, tout ce qu'il a vu et entendu dans la journée se matérialise pendant son sommeil, ainsi que l'abominable "Cankerman", une créature qui engloutit ses victimes, dont sa mère biologique et d'autres parents de ses précédents foyers d'adoption. 


J'ai trouvé les matérialisations de l'esprit de Cody magnifiquement réalisées . Avant ces dernières, une nuée de papillons apparaît (ce qui m'a rappelé un peu Life is strange soit dit en passant), puis le rêve_ou cauchemar_ se met en place. Jessie, la nouvelle mère de Cody, toujours affectée par la mort de son premier enfant, profite de ce don pour faire de Cody un genre de "projecteur" d'images de son fils, l'entraînant dans un délire malsain, qui effraie son mari. La première partie du film se concentre ainsi sur la découverte du don de Cody et son "utilisation" par Jessie. Ce n'est pas très effrayant en soit, mais l'idée d'utiliser les rêves -imprévisibles- du petit Cody pour ramener le souvenir d'un mort à la vie m'a vraiment rendue mal à l'aise. D'autant qu'évidemment petit à petit ses rêves dégénères et deviennent de plus en plus malsains, revenant sur la mort de leurs fils plutôt que sur sa vie. 
L'effroi se retrouve plutôt dans le personnage du "cankerman", dont on ignore l'origine et qui vient perturber l'incroyable capacité de Cody. 


Dans une deuxième partie, Jessie se lance à la recherche des origines du pouvoir de Cody et du Cankerman. Le dénouement, peut-être un peu trop rapide à mon goût, répond à toutes les interrogations que posent le "monstre" des rêves de Cody et nous dévoile la source de son apparence et de sa raison d'être. 

Ce que j'ai aimé :
-La fraîcheur du sujet : les rêves
-Les acteurs, en particulier Thomas Jane (ce mec est charismatique à souhait !), et le prometteur Jacob Tremblay
-L'histoire autour du Cankerman
-les effets visuels sympa (papillons, monde onirique)

Ce que j'ai moins aimé :
-La rapidité du dénouement, la fin aurait pu partir beaucoup plus loin dans le monde du rêve.
-La fin autour des précédentes victimes du cankerman (Jessie, qui semble nullement affectée ? bizarre).


2 commentaires

  1. Ptit film d'horreur qui semble tout bonnement intéressant !
    En effet le sujet sur les rêves et les cauchemars est toujours assez intéressant. Je trouve surtout vraiment bon si le film utilise de façon cohérente les élément d'exposition du film avec son sujet principale (combien de films aurait juste fait : parents perdu enfants donc adoption point scénario avance voila).
    Et je pense que tu vas être assez d'accord avec moi mais un vrais film d'horreur n'est pas un film avec une plétore de jump scare mais un film avec un univers et une ambiance travaillé, pesante et angoissante qui t'immerge tout du long ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire. Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Les jumpscares sont généralement un indice de mauvaise fabrique ^^ (Avec Insidious faisant exception car, à mon sens, ce film en utilise de manière surprenante). La tension, le suspens, l'angoisse doivent être travaillés pour qu'un film d'horreur soit réussi. ET le scénario bien sûr. Il faut qu'il évite les clichés de personnages etc... En ce sens, Before I wake s'en sort plutôt bien. Je ne le qualifierais pas de chef d'oeuvre, mais l'intrigue autour du rêve est rafraîchissante.

      Supprimer

Back to Top