DOWNTON ABBEY : la série british à laquelle on s’attache <3


critique, Featured, Séries / mercredi, janvier 17th, 2018

J’ai enfin terminé cette merveilleuse série qui m’a fait passer par toutes les émotions possibles ! ! !

Downton Abbey est sans conteste une série de qualité, ce qui se reflète dans sa popularité aussi bien en Angleterre qu’à l’international. Et le top c’est qu’on nous offre une fin digne de ce nom qui clôture gracieusement la série. Je le note car c’est de nos jours de plus en plus rare…

De quoi ça parle ? 

Principalement de la famille Crawley habitants de la magnifique demeure Downton Abbey et de leurs domestiques. On suit leurs vies du 15 avril 1912 (naufrage du Titanic) au 31 décembre 1925.

Mary et Edith Crawley

Ce que j’ai aimé ?

La multiplicité des personnages

Je dirais sans hésiter que le point fort de la série se situe dans la multiplicité/diversité des personnages et leurs évolutions dans le temps. Que ce soit aussi bien du côté des Crawley que celui des domestiques. La période sur laquelle s’étend la série, soit à peut près dix ans, permet par pléthores de rebondissements, d’événements heureux/tragiques et surtout de changements sociaux de développer chaque personnage.

Du côté de la famille Crawley, j’ai particulièrement apprécié Edith et Sybil. D’une part Edith car c’est le personnage qui change le plus au fil de la série (ses storyline sont tellement touchantes!), et Sybil car elle incarne la volonté de renouveau dans la société traditionnaliste qui régit l’époque de la série. Je me suis moins attachée à Mary Crawley, d’apparence froide et altière (mais qui en réalité cache une grande sensibilité) bien que  l’interprêtation de l’actrice soit vraiment formidable, ça je lui accorde ! Et puis, malgré une part d’importance plutôt égale parmi les personnages, on ressent quand même que Mary est au-dessus x).

Du côté des domestiques, impossible de ne pas s’attacher à Carson, le majordome sévère mais bourru qui dirige la maison d’une main ferme et Anna, la femme de chambre de Mary, tellement douce et gentille qui se retrouve au sein de malheureuses intrigues (l’actrice a d’ailleurs gagné beaucoup de prix pour son rôle dans la série).

Hors de Downton Abbey évoluent également d’autres personnages, dont le plus emblématique de la série : Lady Violet Grantham. Mère de Robert Crawley, c’est une femme forte, allergique aux changements de l’époque. Ces répliques sont particulièrement savoureuses, notamment ces piques et autres sarcasmes, dont la plupart ont été transformé en gif sur tumblr haha. L’actrice Maggie Smith avait décrété vouloir arrêter son rôle après la saison 6, décision qui a entraîné les créateurs de la série à amener une conclusion. Parce que oui, Downton Abbey sans Lady Grantham, ce n’est plus Downton Abbey.

Lady Grantham, et ses réparties savoureuses

La relation de cette dernière avec la mère de Matthew (Isobel) est à mon sens une des mieux construites de la série. Alors qu’Isobel encourage les évolutions sociales en allant à l’encontre des principes de Lady Grantham, ces dernières finissent par bâtir une relation de complicité et d’amitié très touchante.

Enfin, l’ascension sociale/professionnelle etc… de certains personnages permettent l’introduction de nouveaux, ce qui permet un renouvellement rafraîchissant d’histoires et de péripéties.

Les musiques

GROS coup de coeur sur la musique du générique, que je n’ai jamais zappé pour le coup *.*

Les changements sociaux/technologiques de l’époque

L’émancipation des femmes par exemple. La série ne manque pas de faire ressortir les contraintes et pressions auxquelles étaient soumises les femmes de cette époque et par ce biais nous montrer à l’inverse les évolutions qui se mettent doucement en place dans les esprits et dans la société. Notamment Sybil, qui encourage une domestique à postuler à un poste de dactylographe, Edith qui se lance dans la rédaction d’articles pour un journal visant les femmes, Daisy, cuisinière qui étudie pour avoir un diplôme etcétera etcétera.

Et bien sûr, tous les autres changements sociaux avec le déclin des maîtres et l’ascension de la classe travailleuse qui finit par se reconvertir dans d’autres métiers.

On assiste aussi à la découverte du téléphone, du grammanophone, du sèche cheveux qui générent des situations plus cocasses les unes que les autres etc… Autant d’avancées technologique qui nous font prendre conscience que les objets quotidiens et basiques à nos yeux ne l’ont pas toujours été xD

La mode et son évolution dans le temps

Je ne vous raconte pas le nombre de fois où en regardant la série je me suis dit : « JE VEUX LA MEME ROBE » (même si je ne vois pas quand j’aurais pu les mettre haha). Comme la famille Crawley (entre autre) passe son temps à se changer en tenue de soirée pour les dîners, on assiste à un véritable défilé haute couture (bon les mecs ont toujours le même costume). Les robes des femmes sont MAGNIFIQUES. Et je pense que les costumières s’en sont données à coeur joie vu que les actrices ne portent jamais les mêmes vêtements. Pour mon plus grand bonheur. Les coiffures aussi ont leurs lots d’évolutions, notamment celle de Mary (qui est probablement la seule femme a qui cette coiffure aille).

Les évènements historiques

Le plus marquant étant la première guerre mondiale, qui entraîne de nombreux chamboulements parmi tous les personnages.

La photographie générale, les extérieurs et cie

Rien à redire là dessus ! la lumière, les images et les décors sont de toute beauté, ce qui rend très agréable le visionnage de la série.

La fin en bonne et due forme

Qui nous permet d’avoir une conclusion à cette merveilleuse série et qui globalement ne m’a pas déçue. J’étais contente qu’ils décident de ne pas tomber dans le tragique et nous proposer à l’inverse un épisode plein d’espoir et de bonheur pour tous les personnages. De temps en temps ça fait du bien, surtout après avoir regardé des épisodes de black mirror HAHA.

J’ai moins aimé ? 

L’essouflement vers la saison quatre

C’est celle que j’ai le moins aimé, j’avais le sentiment que les intrigues étaient plus ou moins réchauffées et je me suis assez ennuyée je dois l’avouer…

La lente évolution de Thomas et de Daisy

Je pensais que la dernière saison leur rendrait un peu justice, mais c’est vraiment lors des tous derniers épisodes que ces derniers EVOLUE ENFIN. 

Certaines directions scénaristiques

Notamment au niveau d’Edith, j’aurais vraiment aimé qu’elle SPOILERS EN BLANC retrouve Michael et qu’ils vivent happy ever after avec Marigold. J’aimais tellement ce personnage et sa relation avec Edith…

Je pense aussi qu’ils auraient pu beaucoup plus jouer sur la relation entre Mary et Charles Blake qui avaient une alchimie juste folle (cet épisode avec les cochons *O*). J’ai du mal à comprendre pourquoi les scénaristes en sont restés là, c’était un des personnages les plus charismatiques (surtout comparé à celui avec lequel Mary finit par se marier… enfin bref…) et qui aurait mérité beeeeeeeaucoupppppp plus d’attention.

Charles et Mary

Ma note ?

Sans surprise, une excellente note finale pour cette série culte, attachante avec des personnages parfaitement écrits et qui restera certainement dans le panthéon des meilleures productions anglaises ! 

16,5/20

Partager l'article 🙂

2 réponses à « DOWNTON ABBEY : la série british à laquelle on s’attache <3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *