ASHIGAKUBO (SAITAMA) : Des stalagmites illuminées et colorées (mais pas que !)


Featured, Japon, voyages / dimanche, mars 11th, 2018

L’hiver à Tôkyô, c’est rude. Maintenant qu’on est sur le point d’en sortir, je suis ravie d’abandonner mon gros manteau hivernal qui m’a aidé à surmonter le froid sibérien. Oui j’exagère. Enfin bref, il faut avouer qu’après Noel, malgré le fait que les illuminations restent bien jusqu’à mi février à Tokyô, tout devient un peu morne. Le soleil se couche tôt, les arbres sont nus, le peu de neige recouvre de ci de là les rues et le ciel reste bien gris. Tout ça pour dire que pour faire du tourisme, c’est pas forcément la meilleure saison >.< .

Toutefois, bien décidé à partir à l’aventure, je me suis rendue avec Elise à Ashigakubo 芦ヶ久保, pendant le festival des stalagmites/stalactites (joyeusement appelée Tsurara 氷柱 en japonais, c’est chou). Nous avions envie de sortir de la capitale pour voir quelque chose, d’un peu, allez j’ose l’expression « en dehors des sentiers battus » (du moins par les étrangers hein xD parce que les japonais connaissent assez bien les stalactites/stalagmites d’Ashigakubo)

Aller à Ashigakubo

Nous avons pris le limited Express Seibu line d’Ikebuburo à Ashigakubo (avec un peu de difficuté à comprendre le système de tarif), mais ne faites pas comme nous, qui avons payé plein pot, prenez plutôt le Seibu Pass 1 jour qui permet de faire des trajets illimités à seulement 1000 yen (bien que ça soit plus long, sauf si vous payez un extra pour accéder au limited express). ET n’oubliez pas votre passeport sinon on ne pourra pas vous le délivrer… (la resident card ne marche pas).

Toutes les infos sur le Seibu Pass : https://www.seiburailway.jp/railways/tourist/english/ticket/daypass.html

La ligne Seibu  avec les différents trains jusqu’à Ashigakubo : https://www.seiburailway.jp/railways/tourist/english/ride/pdf/stop_station01.pdf

Ashigakubo

Les stalagmites/stalactites

Une fois arrivées à bon port, nous avons été ravies de constater que nous étions cernées par les montagnes, dans la cambrousse japonaise. Y’a pas à dire, sortir du tumulte quotidien tokyoite ça fait un bien fou !

A partir de la gare, nous avons marché vers un chemin balisé qui menait jusqu’aux stalagmites. Même si vous ne comprenez pas les kanji, pas de soucis, c’est vraiment facile de se repérer. Descendez en contrebas et vous apercevrez les fanions tous le long de la route qui mène jusqu’aux stalagmites.

Un oiseau orne systématiquement les panneaux de la ville !
Le chemin balisé vers les stalagmites
Un vélo abandonné, digne d’un décor de The walking dead x)

Une fois arrivées, nous avons payé le tarif de base : 300 yen, avec un ticket permettant l’accès à volonté pour toute la journée. C’est bien pratique car il est quand même intéressant d’aller admirer les stalagmites de jour puis revenir à la tombée de la nuit pour les voir illuminées. 

Nous avons donc observé les amusantes formations de glace qui recouvraient la montagne en longeant le circuit qui permettait de s’en approcher.

L’entrée du parcours des stalagtites

Le chemin nous a mené jusqu’à une bute où des bénévoles offraient gratuitement du amazake (que je déconseille fortement pour les intolérants au lactose. J’ai bu quelques lampées car c’était offert, mais j’ai vite abandonné car ça me retournait l’estomac… Elise l’a fini en revanche).

« venez vous bousillez l’estomac ! » XD

Quelques bancs entouraient des poëles qui chauffaient agréablement les jambes des touristes. Le confort dans le froid était donc assuré (dans la mesure où les bancs ne sont pas totalement occupés, ce qui peut arriver, surtout à la tombée de la nuit !).

Anecdote qui nous a bien fait rire : les japonais avaient l’air beaucoup plus intéressés par les trains qui passaient sur la voie ferrée que par les stalactites elle-même xD.

Aux alentours : Statue de Kannon (temple Genjuin)

En attendant la tombée de la nuit, nous avons visité le petit village niché dans la montagne (que dis-je, le hameau !) afin d’arriver au sommet où trônait fièrement la statue de Kannon. Impossible de la rater, on la voit depuis la gare et le chemin est facilement repérable (il y a quelques cartes qui en indique l’accès). Même si l’ascension est assez rude (rapide mais intense c’est le moins qu’on puisse dire), le jeu en vaut la chandelle. Surtout lorsque nous sommes arrivés : il n’y avait PERSONNE. Nous avons donc pu admirer dans le calme le plus complet la statue, le cimetière, mais surtout la vue depuis la montagne… Nous nous sommes également aventurées sur un petit sentier qui partait à l’arrière du temple qui faisait très certainement partie d’une randonnée balisée. Nous avons vite fait demi-tour, pas emballées à l’idée de partir crapahuter deux heures dans la montagne. Surtout qu’il fallait revenir aux stalagmites pour voir les illuminations!

En route vers la statue de Kanon…

J’adore ces petits sanctuaires à l’abandon…

Quelle vue *.* et PERSONNE !
ATTENTION AUX OURS : rassurant.
Ce chien avait l’air tellement pépère xD

Les stalagmites illuminées de nuit !

De retour sur la plateforme, nous avons été bien dépitées de constater que tous les bancs auprès des poëles étaient occupés… Bref, nous avons attendu une bonne petite heure dans le froid, en tentant de temps en temps de capter la chaleur d’un poele en attendant la tombée de la nuit. Tout le monde en faisait de même xD.

Vers 17h30, la magie des illuminations a commencé, les gens ont commencé cahin-caha à s’extirper de leurs places auprès des poeles pour sortir les appareils photos et mitrailler les stalagmites.

Bon, certes, c’était sympa mais PERSONNELLEMENT je n’ai pas trouvé ça extraordinaire. J’avais l’air d’être la seule à penser cela d’ailleurs mais bon… J’ai trouvé ça un peu fade, les couleurs pas forcément très jolies et finalement les stalagmites de jour sont bien plus impressionnantes à mon goût.

Vers 18h nous avons repris le limited express pour rentrer à Ikebukuro. Pensez bien à noter les horaires du train car il n’y en a que toutes les heures !

Autres infos complémentaires

Période du festival : début janvier à mi-février. Pour les dates exactes : http://www.yokoze.org/shisetsu/hyoutyuu/

Horaires : Du lundi au Jeudi de 9h à 16h

Du vendredi au Dimanche et vacances nationales de 9h à 20h

Tarif :  300 yen

Partager l'article 🙂

2 réponses à « ASHIGAKUBO (SAITAMA) : Des stalagmites illuminées et colorées (mais pas que !) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *