AMERICAN HORROR STORY (saison 8 : Apocalypse ): Une saison pour les fans !

29 décembre 2018Eden

En tant que fan de la première heure j’ai été naturellement comblée par l’annonce du thème de cette année, soit un crossover entre les saisons 1 et 3 de l’unvers d’AHS. J’attendais beaucoup du scénario et des invités (je ne croyais pas possible le retour de Jessica Lange), et je pense que le contrat a été rempli.  Clairement, on est sur une saison, dédiée aux fans. J’ai du mal à imaginer quelqu’un prendre en route la série sans la finir en demi teinte et se posant une multitude de questions. Cependant, si l’on a bien suivi les saisons précédentes, on ne peut qu’être enthousiasmé par toutes les intrigues que dépoussière cette nouvelle saison.

Ce que j’ai aimé :

D’une part le crossover général entre plusieurs univers d’AHS. Cela permet aux fan de retrouver certains personnages marquants, comme par exemple Jessica Lange; qui reprend son rôle de Constance Langdon (sur un « oh! » d’exclamation réjouit de ma part), Idem pour Angela Basset, en tant que Marie Laveau, (dont j’avais adoré le charisme), Papa Legba, un de mes personnages favoris de Coven, (qui fait toujours aussi froid dans le dos), ainsi que Connie Britton et Dylan McDermott, le couple malheureux de Muder House et leur fille, Violette. L’histoire met essentiellement en scène les sorcières de Coven, nous donnant ainsi des nouvelles de Madison, Queenie (qui nous offre une virée à l’hôtel Cortez d’ailleurs), Misty Day et cie. 

Cette saison apporte une conclusion aux intrigues de Coven et Murder House, en revenant sur les finaux déroutants de ces dernières. Murder House s’offre pratiquement un épisode entier avec ses personnages phares, ce qui n’a pas été pour me déplaire, je dois l’avouer ! Par ailleurs, Michael Langdon, personnage principal vedette de cette saison (et nouveau venu dans la mythologie AHS), qui incarnait un des plus gros cliffhanger de fin de saison, a le droit à sa propre histoire. Et quelle histoire me direz vous étant donné ce que l’on apprend sur son géniteur à l’origine de son comportement diabolique. J’ai trouvé son personnage particulièrement bien ficelé, notamment dans le développement de sa personnalité de l’enfance à l’âge adulte. Malgré les horreurs qu’il produit autour de lui, on en arrive à ressentir de la peine pour lui. D’avoir été engendré sans savoir trop quoi faire de sa puissance et de sa nature démoniaque, sans que quiconque puisse le comprendre vraiment. Cette absence de marque lui donne un air candide et ingénu, dont plusieurs personnages utiliseront pour le manipuler. En tout cas, je l’ai trouvé attachant et j’ai adoré son personnage: j’aimerais bien qu’on le retrouve dans un futur crossover, ne serait-ce que le temps d’un épisode. 

Bien entendu, qui dit crossover, dit  pléthore de clin d’oeil et références aux anciennes saisons, je pense notamment à  James March, interprété par Evan Peters, que l’on retrouve avec jubilation à l’hôtel Cortez. Finalement, c’est comme si Michael Langdon servait de « liant » à toutes ses histoires et rendait possible leurs connexions. 

En terme de personnage, hormis Mickael _que j’ai déjà bien encensé_, j’ai adoré Mallory, une nouvelle sorcière qu’on apprend à connaître aux fils des flashbacks et qui acquiert un rôle de choix à la fin de la saison. Déjà physiquement, je l’ai trouvé magnifique, presque irréelle, incarnant à la perfection l’image d’une sorcière pratiquant une « magie pure et naturelle ». En outre, ses tenues sont toutes aussi belle les unes que les autres et lui donne une allure sibylline. 

Dans un registre plus léger, Coco m’a vraiment fait délirer, par son caractère simplet et son pouvoir improbable complètement absurde (savoir détecter le nombre de calories ou le gluten dans les aliments). Elle permet d’apporter une petite touche d’humour à la saison. 

Certains ont reproché le manque d’horreur et de gore à la série, mais en ce qui me concerne, je n’ai pas ressenti ce manque. J’ai trouvé que l’on retrouvait bien l’univers d’AHS et des anciennes saisons concernées. 

j’ai bien aimé  les scènes autour de la communauté des sorciers, dont on n’apprend finalement pas grand chose dans Coven. De ce fait, non seulement Apocalypse permet d’apporter une conclusion aux saisons, mais continue d’en étoffer leurs univers. 

Enfin, on note toujours cette volonté des producteurs à mettre en exergue certains aspects de la société moderne en y apportant une touche critique bien ironique, à leurs sauces, comme ils savent si bien le faire. 

J’ai moins aimé :

Franchement j’au eu du mal avec l’introduction trop longue à mon goût, que j’ai trouvé en décalage avec le reste de la saison. Je n’ai pas du tout accroché aux deux personnages « principaux » de cette introduction. Bien que l’on comprend leur utilité dans l’épisode final, je me serais bien passé de les voir dans les premiers épisodes. 

Par ailleurs, même si les flashbacks à Murder House sont jubilatoires, j’ai l’impression qu’ils gâchent l’effet de leurs dénouements originaux. AHS a, à mon sens, la qualité d’offrir des finaux assez funestes pour ses spectateurs, et le fait de les changer en happy ending est un peu dommage.

Enfin, Il faudrait que quelqu’un m’explique l’apparition de rubberman dans le premier épisode (ou le deuxième, j’ai oublié), car je ne comprends pas du tout la raison de sa présence… J’ai loupé quelque chose ou bien…?

En gros, j’ai beaucoup accroché à ce crossover, dont le personnage de Michael Langdon est majestueux et dont le retour de personnages vedettes apportent un vent de nostalgie jubilatoire.  Je ne sais pas si les nouveaux venus à la mythologie de la série accrocheront autant qu’un spectateur assidu, mais dans mon cas, la sauce a parfaitement pris. Si le fan service d’AHS, prend cette tournure là, je dis oui, oui et encore oui.

Ma note :

15/20

 

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

Octobre et Novembre 2018 : J'AI UN VISA DE TRAVAIL ( ˘ ³˘)

6 décembre 2018

Article suivant

NOEL AU JAPON : Ses différentes formes au cours des époques 。^‿^。

31 décembre 2018