NOEL AU JAPON : Ses différentes formes au cours des époques 。^‿^。


culture japonaise, Featured, mythologie japonaise / lundi, décembre 31st, 2018

Cette année j’ai vraiment été frappé par la rapidité à laquelle nous sommes passés de l’atmosphère d’Halloween à celle de Noel. C’est simple, dès que le jour J est passé, le lendemain floup, tout a disparu, rangé dans les cartons et remplacé par les décorations de la prochaine célébration. Franchement c’est impressionnant Σ(・口・)

Bref, à la base je voulais faire un article sur mon noel au Japon, mais après avoir commencé la rédaction, je suis tombée sur un article du journal NHK relatant les origines de Noel au Japon et je me suis dis que ça pourrait être sympa de vous en faire la traduction et de le commenter un peu ci dessous !

Avant de commencer, je vous glisse ci dessous le clip vidéo de Yamashita Taro, une chanson qui passe en boucle dans les magasins pour noël au Japon, et qui, dixit mon copain, représente la période prospère du Japon pendant la bulle économique. Le must à faire passer en soirée romantique japonaise pour Noel (♡´౪`♡).  A écouter en lisant l’article 🙂

Parlons d’abord du christianisme au Japon…

Le christianisme fit son apparition au cours du 16ème siècle avec l’arrivée du jésuite François-Xavier à Kagoshima. Les chrétiens entrant peu à peu en contradiction avec les objectifs des maîtres de l’état et devenant encombrants, finissent par être violemment réprimés et interdit de pratiquer leur religion. En 1616, les chrétiens sont contraints d‘abjurer leurs foi tandis que les missionnaires sont arrêtés et exécutés. Le christianisme est pratiquement éradiqué en moins d’un quart de siècle (sur le sujet, je vous conseille le film « Silence » de Mar

tin Scorcese). J’avais étudié cette partie sombre de l’histoire japonaise en cours de licence, et je me souviens avoir été particulièrement traumatisée par des soldats japonais brûlant dans des bottes de paille des chrétiens (nancy si tu passes par là!).

Fêter noël se popularise par les journaux …

Après la restauration de Meiji en 1868, (qui a permis la réouverture du Japon), les pratiquants du christianisme étaient peu nombreux, et la célébration de noël se cantonnait donc à ces derniers ou encore aux couches intellectuelles qui voulait expérimenter un événement à « l’occidentale ». La célébration de noël a vraiment commencé au milieu de l’ère Meiji au travers d’articles de journaux, qui en expliquait sa forme. On dressait le portrait des festivités de noël qu’organisaient les résidents étrangers de Yokohama et de Tsukiji. Les journalistes le présentait comme faisant partie des curieuses festivités de fin d’années des étrangers.

Au 20ème siècle, après la guerre russo japonaise, remportée par les japonais, les non croyants se mirent aussi à fêter noel. A travers les publicités dans les journaux, le père noël fait ses premières apparitions (« santa claus サンタクロース »). Il semblerait que ce soit à ce moment là que les foyers japonais non chrétiens ont commencé à offrir des cadeaux.

Dans les journaux, les articles autour des décorations de noel dans les villes se multiplièrent. La tendance de célébrer de la meilleure manière possible noel se répandit donc, si l’on se réfère aux journaux de l’époque, après la fin de la guerre russo japonaise. Par exemple, en 1910,l’hôtel Impérial de Tôkyô revêtait les couleurs de noël et organisaient des représentations telles que du daikagura et kappore (des arts traditionnels japonais) qui n’avaient pourtant aucun rapport avec la naissance du Christ. Ainsi, il semble que la « japanification » de Noel ait pris ses racines à la fin de l’ère Meiji. C’est sans doute aussi ce qui a rendu le jour de noël comme un jour à fêter pour les adultes. Ce fut aussi le moment où les mœurs de la société japonaises se transformèrent avec la tendance jeune du « modernisme » au début de l’ère Showa. Le mode de vie occidental devint prisé : Il devint populaire de passer du temps dans les café et les salles de bals.

A partir de 1930, des silhouettes d’adultes japonais fêtant noël avec enthousiasme furent massivement illustrées dans les journaux.Un article de noël datant de 1931, intitulé « trémoussons nous la veille de noel » (en gros (* >ω<)), illustré d’une photo où dansent des personnes affublées de chapeaux tricornes (entre autre) à l’hôtel impérial fut publié. Toutefois, en 1937, avec l’entrée en guerre, l’atmosphère de la société changea. L’engouement autour de noël ne fut plus de rigueur. Alors que chaque année, l’hôtel impérial de Tokyo organisait des banquets de noel tapageurs, ce dernier déclara qu’il n’en organiserait plus.

Ce ne fut qu’à la fin de la guerre du pacifique, deux ans plus tard que les festivités de noël reprirent leurs cours. En 1948, l’atmosphère festive de noel est critiquée dans la colonne Tensei Jingo (la voix du peuple) du journal Asahi. Ce sentiment perdure sur environ dix ans, jusqu’en 1957. Dans les maisons closes et les salles de bals, les adultes fêtaient vivement noël mais, causaient beaucoup de troubles à cause de leurs ébriétés dans le quartier des plaisirs, créant une zone dite « sans  loi ». On disait que c’était une célébration qui transformait l’espace public en zone de festival.

Noel pour les enfants et les couples…

Cela se calma finalement avec l’entrée dans la période de la haute croissance. Dans les années soixante, on voyait des pères salarymen ramener des gâteaux et des cadeaux de noel depuis leurs travail jusqu’à leurs foyers en banlieue.

Des années 60 à 70, noël redevint tel qu’autrefois, une fête pour les enfants, que ces derniers attendent avec impatience.

A l’orée des années 80, noël reprit également sa place comme une festivité autant pour les enfants que pour les adultes. Elle devint le jour que les couples doivent passer ensemble. Cela tomba pile pendant la dernière phase de prospérité économique de l’ère showa, et s’accompagna de l’apparition de jeunes couples dépensant de larges sommes d’argent dans des magasins hors de leurs moyens. De 1983 à environ 1987, noël fut reconnu comme une festivité pour les couples. Après la fin de la bulle économique, les dépenses exorbitantes prirent fins, mais noël garda sa dimension de fête romantique

En passant en revue cet historique de la considération de noel au fil des périodes, on peut remarquer, que cela reflète les différentes phases qu’à traversé le japon.  Les japonais ont vu noël comme une festivité aux origines occidentales, qui semblait joyeuse et amusante. Il y avait une tendance qui présentait les pays incapables d’incorporer la culture occidentale comme en retard sur le reste du monde. Comme Noel n’est pas une festivité traditionnelle japonaise et n’ayant pas de dimension religieuse, elle n’a pas de « forme »arbitraire et est libre d’être fêtée à sa façon. C’est la particularité du noel « japonais ».

(traduit librement de l’article éponyme 「日本型クリスマスの歴史」(視点・論点)publié le 2017年12月12日 (火) par 堀井 憲一郎). J’ai aussi un peu potassé le bouquin de Souyri « la nouvelle histoire du Japon ». (j’adore cet auteur que j’ai vu en conférence, je vous conseille ses livres!).

…Et cette année ?

A l’école de français où je travaille, la plupart de mes élèves m’ont avoué ne rien faire de particulier, simplement travailler ou manger un repas (avec du poulet, le KFC est populaire pour Noel…). Certains m’ont dit aussi que comme ils n’étaient pas en couple, ils seraient donc tout seul (゚ペ). Les enfants ont revanche ont en général droit à leurs cadeaux et sapin de noel, ainsi que les couples qui passent la veille de noel en amoureux (comme je l’ai fait, d’ailleurs…). 

J’espère que cet article vous a plus, j’ai pris beaucoup de plaisir à traduire et à me documenter sur la question. Sur ce, je vous laisse en ce dernier jour de 2018 pour aller fêter le nouvel an ! On se retrouve en 2019 pour de nouveaux articles et les eden awards de 2018.

BON REVEILLON A TOUS !!!

よいお年をお迎えください

 

 

(Visited 18 times, 1 visits today)
Partager l'article 🙂

2 réponses à « NOEL AU JAPON : Ses différentes formes au cours des époques 。^‿^。 »

  1. Hey, génial et très intéressant cet article, même si je ne peux m’empêcher de penser que comme pour nous, c’est probablement les industries qui ont imposés Noël à travers les médias. Journaux, oui, mais aussi publicité, comme le montre cette indémodable publicité de Coca Cola qui nous a tous farci la tête de son père-noel en rouge XD
    Grosse période de chiffre d’affaire, Noël. Mais bon, ça fait le bonheur des deux côtés – quand on reste raisonnable bien sûr.
    Si toi tu as pas vu de différence entre Halloween et Noël, moi je ne vois pas de différence entre Noël et l’Epiphanie ça doit faire 3 semaine que je mange déjà de la galette des rois! Mais bon, elle est là à nous narguer sur les étals… Comment résister?

    1. Oui, coca cola a bien réussi son marketing pour le coup xD. L’épiphanie au Japon, je ne la vois pas du tout, mais alors pas du tout (sauf quelques boulangeries « françaises » qui vendent des frangipanes à 2500 yens, erf !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *