featured l'île de Sado (Niigata) Voyages au Japon

L’île de SADO (Niigata) #3 Shukunegi village, Taraibune et Lucioles (‘∀’●)♡

Récit de voyage, Troisième partie : Jour 2 (Dimanche).

(Venez lire le début de mes aventures à Sado ici (。^_・)ノ : PARTIE 1 et PARTIE 2 )

Le lendemain matin de notre deuxième nuit au camping de Kazashima, nous avons fait connaissance avec un jeune autochtone qui était venu « s’entraîner » à camper Σ(゜゜). Après avoir un peu sympathisé, ce dernier nous a proposé de nous accompagner en voiture jusqu’aux points d’intérêts de l’île, étant « libre » toute la journée. Cependant, nous avons préféré refuser sa proposition (ça avait l’air un peu intéressé (゚ー゚;) en lui proposant quand même de se retrouver en soirée sur la plage et d’aller au festival des lucioles ensemble. Notre nouvel ami parti, nous avons décidé de commencer la journée par nous rendre au sud de l’île pour voir le village de Shukunegi et participer à une activité taraibune たらい舟. Ce sont de petits bateaux traditionnels de pêche originaire de Sado, que l’on peut voir notamment dans « le voyage de Chihiro » et qui constitue donc une des activités phares de l’île.

Après avoir consulté la carte, je me suis rendue compte qu’il nous fallait prendre trois bus différents pour se rendre au village de Shukunegi (à l’extrême total de notre camping). Nous avons donc encore une fois décidé de pratiquer l’autostop jusqu’au port de Sado pour ensuite prendre la ligne Honsen jusqu’à Nakahara où nous avons changé pour la Ogi line jusqu’au terminus. Lors du changement de bus, ça a été le gros fail lorsque j’ai remarqué que les horaires des lignes de bus n’étaient pas du tout coordonnés et qu’il nous valait mieux donc marcher jusqu’au terminal de bus un peu plus loin pour avoir un horaire correct. Il faut vraiment faire attention à tous les horaires de bus quand vous voyagez avec ce moyen de transport sur l’île car vous risquez d’avoir de mauvaises surprises… (encore une fois je ne saurais que trop vous conseiller la voiture ou alors des vélos électriques si vous pouvez prendre le temps de parcourir l’île (en deux jours c’est un peu coton…). Bref, nous avons un peu traîné dans les rues (désertes) où j’ai pu prendre quelques clichés avant de pouvoir enfin pendre le bus de la ligne Ogi.

Le trajet de la ligne Ogi traverse des paysages vraiment magnifiques, notamment une vue imprenable sur la mer et les côtes jonchées de rizières, qui m’ont valu des exclamations de surprises ravies.

Une fois arrivées au terminus, nous avons fait une pause afin de nous sustenter et aller regarder l’activité de Taraibunedes habitants en tenues traditionnelles chillaient autour des bateaux.

La spécialité « diet » de Sado, le nagamo !
ils attendaient des clients…
Une banque à l’architecture surprenante qui nous a bien fait rire !

Une conversation avec un papi japonais plus tard et quelques souvenirs achetés, nous avons pris le bus vers le village en bois de Shukunegi.

宿根木 Shukunegi village

Shukunegi est un village médiéval d’anciens charpentiers et capitaines, conservé et entretenu par des bénévoles et la générosité des touristes. Il fut un port prospère pendant le 17ème siècle grâce aux mines d’or de Sado (voir mon précédent d’article pour plus d’informations à ce sujet). Sa particularité réside dans sa centaine d’habitations et bâtiments constitués de planches de bois de bateau. Parmi les habitations d’époques se trouve celle de Shibata Shuzo (le premier a avoir dessiné l’île de Sado sur la carde du monde). Le plus vieux bâtiment date de 1793.

La maison triangulaire du village !

On trouve également un joli sanctuaire, calme, seulement perturbé par ses habitants félins (´⌣`ʃƪ)

Se promener dans le village est vraiment une expérience sympathique qui nous plonge dans l’histoire de l’île.

la vue sur les toits du village est particulièrement jolie.

Il y a quelques commerces au sein du village, comme un petit café tout mignon où vous pouvez déguster un bon chocolat chaud ou des pancakes maisons.

En face du village, une activité taraibune est proposée aux touristes.

Malheureusement, butées dans notre idée d’aller à un autre emplacement de taraibune, nous avons décidé de ne pas participer à cette activité ci non plus. Nous avons donc repris le bus pour nous enfoncer dans la pampa de l’île. Lorsque nous sommes montées dans le bus, le chauffeur a été surpris Σ(゜゜)et nous a demandé jusqu’où nous souhaitions aller. Je lui ai donc répondu l’arrêt des taraibune, mais celui ci semblait dubitatif. A mi-trajet, peu rassurée, je suis allée parler au conducteur et a un autre passager en leur pointant du doigt l’article de taraibune sur lequel je m’étais appuyé pour venir…. Et là, grosse claque, j’apprends qu’il n’y avait pas d’activités là bas et que j’avais tout simplement mal lu la carte… Et que donc nous n’avions plus qu’à aller jusqu’au terminus pour repartir dans l’autre sens… 。。。(ノ_ _)ノJe ne vous raconte pas la perte de temps d’une telle bourde, et le regard désolé du chauffeur de bus. Nous étions dégoûtées d’autant que les autres activités avaient déjà fermées… (--;

En gros, pour faire du taraibune : L’arrêt Ogi ou alors Shukunegi.

Bien que blasées d’avoir perdu du temps en trajet de bus, nous avons quand même pris le temps d’apprécier le paysage au terminus de la ligne, qui offrait un panorama sur la mer et qui pour le coup, sortait totalement des sentiers battus. En plus il y avait une balançoire juste en face, alors quoi de mieux pour profiter du paysage qu’en se balançant ? ヽ(゜~゜o)ノ

Nous avons donc repris le bus en sens inverse et sommes retournées au terminus de Sawata beach retrouver notre ami rencontré au camping le matin même. Malheureusement, étant venues en période hors saison, la plage n’était pas du tout aménagée ni nettoyée et il ne régnait définitivement une ambiance festive. Bref, nous sommes assez vite partis en quête d’un izakaya pour casser la croûte avec notre ami. Énormément de restaurants étaient fermés, et c’est vrai qu’il a été assez difficile de trouver un endroit où manger… Quand je vous dis que Sado est calme… ┐( -“-)┌

Ce repas a été l’occasion de faire connaissance avec notre nouvel ami. Après quoi, nous sommes remontées en voiture en route vers le festival des Lucioles. Je n’avais jamais vu de lucioles alors j’avais vraiment hâte de les voir autour de moi !

Festival des Lucioles (Niibokatagami Onsen)

新穂潟上温泉 蛍祭り

A notre arrivée, un petit matsuri permettait de se plonger dans l’ambiance et de s’équiper en lanterne pour s’engager sur le chemin des lucioles, que vous pouvez voir sur le plan ci dessus. Pour être honnête, je ne m’attendais pas à en voir autant, et se fut une excellente surprise que d’en voir s’agiter un nombre incalculable tout le long du chemin. L’ambiance était par ailleurs assez magique : partager ce moment avec les japonais portant leurs lanternes, les lucioles qui frétillaient dans le noir de leurs éclats jaune… Waouh. J’en garde un merveilleux souvenir. J’ai même pu en prendre une dans mes mains et me rendre compte de leur grosseur (je pensais que c’était beaucoup plus petit que ça !!!).

>Le festival des Lucioles se déroule au mois de Juin<

De retour du sentier, notre ami nous a ramenées au camping et nous avons pu nous coucher avant notre dernière journée !

Eden
<p>Expatriée au Japon (Tôkyô) depuis septembre 2017, passionnée par la culture japonaise, les séries TV, les jeux vidéos, la lecture et les animaux :3</p>
http://www.edenhaini.com

2 thoughts on “L’île de SADO (Niigata) #3 Shukunegi village, Taraibune et Lucioles (‘∀’●)♡

Répondre à Kansaijin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top