Nightflyers (saison 1) : la série d’épouvante spatiale qui prend aux tripes

3 mars 2019Eden

Adaptée d’une nouvelle de Georges Martin, Nightflyer s’est faite plutôt discrète sur Netflix et sur la toile en général. Curieuse de découvrir d’autres univers de l’auteur de GOT, j’ai décidé de m’y lancer sans trop savoir dans quoi j’allais m’embarquer (j’avais envie de changer de registre que les super héros, ayant pas mal bingewatché de l’arrowverse depuis quelques mois). Férue d’épouvante en tout genre, j’avais plutôt hâte de voir ce que la série allait me réserver ( ゚o゚)

Résumé : Dans le futur, la Terre est sur le point d’être détruite. Une équipe d’explorateurs embarque à bord de l’un des vaisseaux les plus sophistiqués de la galaxie, le Nightflyer, afin d’intercepter un mystérieux engin extraterrestre qui pourrait être la clé de leur survie

10 épisodes

malheureusement pas renouvelée (︶︹︺)

Nightflyers a été une véritable claque que ça soit d’un point de vue horrifique, visuel, sonore et scénaristique. Lors de la scène finale, je me suis dit que Nightflyers était une véritable réussite dans son genre et qu’elle méritait qu’on parle d’elle. En tant que huis clos spatial, oppressant, Nightflyer excelle dans sa mise en scène, en installant dès le premier épisode une ambiance mystérieuse qui prend son temps pour dévoiler petit à petit ses différents protagonistes et enjeux.

Pour ma part, la série m’a définitivement happée vers l’épisode 4. Je dirais que c’est à partir de là que l’on se rend compte de sa capacité à créer l’horreur et surtout le mal à l’aise chez son spectateur. Et j’arrive à mon point le plus important : la série dérange. Et je vais même le répéter :

LA SERIE EST DERANGEANTE

Certaines scènes m’ont littéralement retourné l’estomac, non pas pour leurs violence (il n’yy a aucune scène gores mais pas leurs situations). J’avais certaines scènes qui me restait dans un coin de l’esprit et me rendait mal à l’aise pendant la journée. Un peu comme pour Black Mirror, pour ceux qui ont regardé. On ne sort pas indemne de chaque épisodes de la série. Et quand on croit que l’on a sûrement tout surmonté en terme de malaise, la série en rajoute une couche (; ̄ー ̄川 SPOILERS EN BLANC : me suis toujours pas remise de l’épisode avec les femmes scientifiques ou encore le bébé qui part en poussière noire, sans parler du drone fou, ou de la machine qui ravive les souvenirs et qui force Karl a regarder des souvenirs de sa fille… (iДi)

La sonde des Volcryn

Toute l’histoire autour des volcryn m’a fortement intriguée et certains aspects m’ont rappelé ExistenZ notamment leurs technologies viscérales et leurs esprit transcendants. J’avoue que j’aurais bien aimé en savoir plus sur eux mais comme il semblerait que la série n’ait pas été renouvelée pour une saison 2...

En regardant Nightflyers, je me suis dit qu’elle aurait été bien intégrée dans l’univers de black mirror tant certaines thématiques se rapprochent de cette dernière. En tout cas elles fonctionnent toujours aussi bien sur moi car toutes ses histoires de ‘esprit uploadé dans des machines me font franchement froid dans le dos (j’espère vraiment ne jamais connaitre ça…). Par ailleurs, l’intelligence artificielle du vaisseau, souvent matérialisée par une caméra rouge m’a également fortement fait penser à HAL du cultissime 2001 l’odyssée de l’espace, d’autant qu’elle créé de la même manière un sentiment d’insécurité constant. 

En ce qui concerne les personnages, je dois avouer que je n’ai pas eu de personnages vraiment marquants, même si les interprètes sont indéniablement géniaux. J’ai particulièrement aimé le personnage de Thale, un « L1 », une espèce humaine (?) doté d’un esprit infiniment supérieur aux humains et capable de manipuler les esprits. J’aime beaucoup comment ses pouvoirs se manifestent, et comment ils ont réussi à les rendre à la fois fascinants et effrayants. Je vous laisse un petit aperçu ci dessus. Ensuite j’ai beaucoup aimé Karl et Agatha, en particulier les acteurs que j’ai trouvé excellents. Je n’ai pas grand chose à dire sur les relations de ces derniers, non que ça ne soit pas bien exécutés, mais la série offre tellement plus que ça, que j’avoue ne pas vouloir m’attarder sur ce point pour l’encenser. Ceci dit, je le répète, le casting est formidable. 

A mon sens, Nightflyers est une réussite en terme d’horreur de science-fiction, grâce à son bagage scénaristique (Merci George Martin) et d’autre part grâce à sa mise en scène impeccable à la fois oppressante  et malaisante prenant aux tripes. Un genre de mélange d’interstellar/existenz/2001 l’odyssée de l’espace. Mention spéciale à sa bande originale qui m’a faite vibrer (de malaise) pendant toute la série ^^’. Je pose le générique (et les musiques de la série) sous ma note, car je l’adore, je ne l’ai jamais zappé (un peu à la GOT haha). 

Une série à voir d’urgence si ce genre vous plait et que vous voulez vivre une expérience dont vous ne ressortirez pas indemne. 

0 /20
Ma note

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article précédent

SUPERGIRL (SAISON 1 et 2) : Une héroïne attachante (´∀`)♡

24 février 2019

Article suivant

L'île de SADO (Niigata) #3 Shukunegi village, Taraibune et Lucioles (‘∀’●)♡

22 mars 2019