S'installer au Japon (démarches diverses)

EMMENER SON LAPIN AU JAPON : la procédure détaillée et mon expérience !

…Et oui, parce que je suis aussi propriétaire d’un mignon petit lapin noir nommé Suri (enfin, SUSU pour les intimes) que j’avais confié à ma meilleure amie en France (qui m’a littéralement sauvé la mise, en le prenant sous son aile !) pendant mon année d’échange à Waseda. Quand je suis arrivée au Japon la première fois, souvenez vous (NOSTALLLGIIIIIIEEEEE), j’étais surchargée de valises de 30 kg (2 pour être exact), d’un sac à dos digne d’un petit sixième et…. de ma chatte, Lolita (pour la procédure complète sur comment amener son chat au Japon, cliquez làaaaaa !). Je n’aurais donc jamais pu physiquement parlant avoir mon lapin dans un autre sac. Mais je comptais bien entendu un jour ou l’autre le ramener auprès de moi… L’occasion s’est finalement présentée lors de mes congés annuels à l’école de français, et j’étais dès lors sur les starting blocks pour entamer la procédure administrative d’importation de Lapin au Japon. 

1) Acheter le billet d'avion pour votre lapin et vous.

Quelle compagnie choisir?

ATTENTION ! Il existe très peu de compagnie aérienne qui acceptent les lapins à bord, donc il faut absolument que vous vérifiez si cela est possible. J’ai moi même épluché toutes les alternatives (c’est à dire, deux ou trois xD), et me suis finalement décidée pour FINNAIR. La compagnie finlandaise accepte en effet les lapins en cabine, et faisant partie de l’UE, en tant que citoyen européen, vous n’avez aucune procédure à faire pendant l’escale à Helsinki concernant votre lapin. Hormis Finnair, il faudrait revérifier, mais je crois que JAL accepte les lapins, mais en soute, ce que je ne vous recommande ABSOLUMENT PAS. Le service à bord est en outre IMPECCABLE, j’ai vraiment passé un bon voyage, les appareils sont neufs, les écrans modernes et vous pouvez choisir des menus végétaliens sans frais supplémentaires. 

Quel coût ?

Le point noir de l’histoire, c’est le prix. Sachant que j’ai fait exprès de partir un peu hors saison (c’était pendant le mois de juin, il n’y a pas de vacances particulières au Japon), j’ai pu bénéficier des prix les plus bas…. Qui sont quand même très élevés u_u.

J’ai payé, aller-retour Paris CDG – Tokyo Narita : 143 530 JPY , soit 1217 euros (sans compter l’animal de compagnie en cabine, qui coûte 75 euros pour un aller).

Acheter le billet de votre lapin

  1. Achetez votre propre billet d’avion, puis allez sur cette page : « réserver le transport des bagages spéciaux » 
  2. remplissez les informations demandées, en cochant bien PETC, (pet in cabin) dans le champ « Type of special bagage ». N’oubliez pas non plus de bien complétez les dimensions de votre sac de transport en respectant les dimensions autorisées :

Notez bien aussi le poids du sac avec le lapin : Le tout ne doit pas excéder 8 kg !

Je vous conseille aussi de choisir de payer les frais en avance en cochant la dernière case du formulaire afin d’avoir tout de prêt pour le jour J et donc d’éviter une source de stress !

3. Attendez le mail de Finnair avec le lien pour régler votre « bagage spécial ». 

4. Payez le bagage spécial grâce au lien envoyé et recevez le confirmation de FINNAIR :

C’est bon, votre lapin est prêt à embarquer !

Susu relax au Japon

2) La procédure administrative (amener son lapin depuis la France vers le Japon)

ALORS, emmener un lapin vers le Japon est certes plus simple qu’emmener son chat ou son chien, mais ça demande quand même son lot de paperasse, et dans mon cas, de communication un peu alambiquée avec la DDPP, les services vétérinaires français (qui ne semblent pas vraiment habitué à la procédure…). Mais bon, étant passé par là, petits chanceux, vous n’aurez pas les mêmes peines que moi pour rassembler des informations. 

Contactez le service de quarantaine de l'aéroport d'arrivée au Japon

…Qui sera certainement Narita si vous avez choisi FINNAIR. Vous pouvez les contacter en anglais (même très sommaire), le personnel parle anglais. Il faut leur soumettre un formulaire où vous renseignez toutes les informations à propos de votre lapin et du voyage en avion (d’où l’intérêt de réserver le billet avant de les contacter).

Il faut les contacter au minimum 7 jours avant votre départ.

Formulaire : http://www.maff.go.jp/aqs/english/animal/attach/pdf/im_rabbit-2.pdf

Les mail de contact par aéroports sont disponibles ici : http://www.maff.go.jp/aqs/english/contactus.html

Dans mon cas, j’ai contacté le service de quarantaine de Narita, Terminal 2 : aqs.nrtr2@maff.go.jp

Répondez au mail de confirmation du service de quarantaine

Le service de quarantaine va alors valider votre application et va vous repréciser les conditions d’arrivée de votre lapin. Les seules choses dont vous devez vous soucier sont les suivantes :

Malheureusement, votre lapin va devoir passer par une période de quarantaine d’un jour à l’aéroport (obligatoire). Sauf que ce jour ne peut pas être votre jour d’arrivée.

Votre lapin passera donc trois jours à l’aéroport :

-votre jour d’arrivée lorsque vous allez le confier au service de quarantaine

-le lendemain qui sera la période de quarantaine,

-le surlendemain où vous pourrez venir le récupérer. 

Ainsi, dans le mail que vous allez recevoir, ils vous demanderont si vous désirez vous occuper vous même de votre lapin durant sa période de détention (ou une personne qui le fera à votre place) OU si vous désirez qu’un service spécial (payant) vienne le faire. Ils vous demanderont aussi si votre lapin arrivera par soute ou par cabine. 

Répondez à ces deux questions et il ne vous restera plus qu’à leur envoyer le certificat sanitaire français !

Obtenir le certificat sanitaire français : contacter la DDPP

Par chance, depuis la France, votre lapin n’a besoin d’aucun vaccin particuliers pour aller au Japon. IL vous faut simplement un certificat sanitaire délivré par le service de la DDPP de votre région  (direction départementale de la protection des populations). Cherchez leur adresse mail / téléphone sur Internet et contactez les en expliquant la situation et en leur joignant votre formulaire envoyé au service de quarantaine de votre aéroport d’arrivée. 

Pour Toulouse :

http://www.haute-garonne.gouv.fr/Outils/Formulaires-de-contact-definis/Direction-Departementale-de-la-Protection-des-Populations-DDPP

Je vous conseille de leur envoyer un exemple de certificat sanitaire (normalement le service de quarantaine vous en envoie un) afin de leur montrer que ce formulaire existe. C’est ce que j’ai fait, et après avoir cherché dans leurs fichiers, ils m’ont confirmé qu’effectivement ils l’avaient dans leur base de données. Au cas où, je vous laisse le mien : 

Sur la deuxième page, vous pouvez lire les conditions d’établissement du certificat sanitaire, que la DDPP va alors vous énoncer. Dans mon cas, voici ce que le responsable m’a envoyé : 

   Bonjour Madame, 
  
                        Afin de pouvoir valider le certificat sanitaire dont vous nous avez joint le modèle, il est nécessaire que au préalable votre lapin soit examiné par votre vétérinaire sanitaire qui devra attester outre le bon état de santé de votre lapin et l’absence de tout signe pouvant évoquer une maladie contagieuse notamment de Tularémie, de maladie hémorragique virale du lapin, et de myxomatose.
                       Par ailleurs, vous devrez fournir à la DDPP au moment de la signature du certificat une attestation sur l’honneur pour les points 3 ; 5 ( indiquer les produits utilisés dont les principes actifs, et la date de nettoyage désinfection du matériel de transport ) ainsi que le point 6 ( fournir la copie du courrier-courriel adressé au commandant de bord de la compagnie assurant le vol ).

Etablissez le certificat de santé 48 heures avant le départ

Il vous faut donc établir un certificat de bonne santé délivré par votre vétérinaire habituel stipulant que ce dernier ne présente aucun signe de maladie contagieuse, et en particulier ceux de la Tularémie, de la maladie hémorragique virale du lapin et de la myxomatose. Signé et tamponné. 

Voici le mien :

Achetez le produit désinfectant agrée par les autorités françaises

C’est la partie un peu wtf de la procédure, mais bon, apparemment nécessaire. Après avoir pas mal échangé avec le monsieur de la DDPP, j’ai fini par acheter ce produit: SANITERPEN 90, que vous pouvez commander en ligne ici :

https://www.petelevage.com/hygiene-cage-rongeurs-et-lapins/734-saniterpen-90-desinfectant-pour-rongeurs-et-lapins.html

Prenez le dosage d’1L, ça suffit largement. Personnellement je n’ai même pas utilisé un dixième du contenant tellement c’est agressif comme produit. 

Désinfectez la cage de transport du lapin

Tout est dans le titre, armez vous de gant et d’une éponge, et nettoyez la cage de transport avec le Saniterpen 90. Ci dessous une photo de moi à l’oeuvre, j’avais l’air maligne tiens !

Ecrivez votre attestation sur l'honneur

Il s’agit d’attester sur l’honneur des points 3 et 5 du certificat sanitaire. Je vous laisse ma déclaration sur l’honneur ici, vous pouvez parfaitement reproduire le même modèle :

Prenez rendez-vous avec la DDPP pour établir le certificat de santé

Une fois tous ces documents en possession, soit :

-le certificat de bonne santé

-la déclaration sur l’honneur

ainsi que :

-une facture de votre achat de bagage spécial de FINNAIR (une preuve que votre animal a été validé par la compagnie aérienne en fait).

-Le formulaire envoyé au service de quarantaine de l’aéroport d’arrivée au Japon

Rendez vous direction la DDPP pour établir le certificat de santé !

Envoyez votre certificat sanitaire par mail au service de quarantaine de votre aéroport d'arrivée au Japon

Joignez leur le certificat sanitaire pour qu’ils valident votre arrivée au Japon et préparent votre accueil le jour J.

Une fois que ces derniers vous répondent que tout est en ordre, c’est bon, votre lapin est légalement prêt à arriver au Japon ! YOUPI !

3) Voyager avec son lapin en avion

Je ne vous raconte même pas à quel point j’étais stressée à l’idée de voyager avec mon Susu et qu’il rende l’âme en plein décollage…. J’appréhendais beaucoup. 

A l’aéroport CDG j’étais un peu décontenancée lorsque le personnel de sécurité des portes d’embarquement m’a donné des instructions contraires : « oui sortez le de son sac »/ »non laissez le, il passera tranquille aux rayons X ». J’ai trouvé ça un peu moyen quoi… Finalement j’ai préféré le prendre vite dans mes bras et le remettre aussitôt dans son sac de transport. 

Une fois dans le terminal j’ai placé une serviette absorbante dans le sac, ainsi que plusieurs touffes de foin pour que Susu s’occupe à le machouiller. Ca avait l’air de l’occuper en tout cas. Pour lui éviter du stress supplémentaire, j’ai mis ma veste sur le sac pour qu’il ne puisse pas voir l’extérieur et le brouhaha de l’aéroport. 

Le premier vol de CDG à Helsinki s’est finalement passé sans encombre, j’avais tellement peur pendant le décollage que je me suis recourbée comme si l’avion allait s’écraser pour caresser incognito Susu dans le sac et me rassurer sur le fait qu’il était en vie. 

Pour le vol long courrier, il n’y avait pratiquement personne ! Malgré cela, les hôtesses de l’air ne m’ont pas autorisé à avoir mon susu sur le siège voisin. Qu’à cela ne tienne, dès qu’elles avaient le dos tourné, je le prenais à côté de moi pour lui donner à boire et à manger (il buvait beaucoup quand je lui proposais).

L'arrivée à l'aéroport (de Narita)

A mon arrivée, j’ai effectué les procédures habituelles sans que l’on se soucie de mon lapin. Ce n’est qu’une fois que vous allez récupérer vos bagages en soute qu’il faut que vous vous rendiez ensuite au comptoir de quarantaine. Là bas, ils ont pris en charge mon susu après avoir vérifié mon certificat sanitaire. Ils m’ont ensuite donné des indications pour me rendre dans leurs locaux. J’avoue que j’ai un peu galéré à trouver, mais une fois arrivée, j’ai été prise en charge et j’ai pu voir que mon Susu était le seul lapin parmi quatre grandes cages. Au moins, il avait de l’espace ! Le staff m’a permis de préparer la cage de Susu avec du foin qu’ils avaient sous la moins et de lui donner à manger et à boire. Je ne sais pas si ils vous autoriseront de la nourriture française pour lapin, dans mon cas j’avais prévu le coup en achetant avant de partir de la nourriture pour lapin japonaise. Ces derniers m’ont alors donné un papier pour que je revienne le récupérer le surlendemain, après la quarantaine. Et voilà,

J’ai été réuni avec mon lapin au Japon !!!

Mon susu ♥(ノ´∀`)

Susu, à environ 4 mois !

J’espère que toutes ces informations vous seront utiles, surtout n’hésitez PAS à me poser des questions en commentaires, mon but c’est d’aider d’autres propriétaires amoureux à faire suivre leurs lapins dans leur expatriation au Japon !!!

Eden
<p>Expatriée au Japon (Tôkyô) depuis septembre 2017, passionnée par la culture japonaise, les séries TV, les jeux vidéos, la lecture et les animaux :3</p>
http://www.edenhaini.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top